Comment créer une landing page avec Strikingly ? (sans coder)

Insert Image

Vous pensez avoir une idée géniale, mais vous ne savez pas si quelqu’un serait prêt à l’acheter ? L’erreur la plus commune chez les entrepreneurs est d’investir du temps et de l’argent dans un projet qui n’intéresse au final personne. C’est pourquoi la landing page est essentielle. Elle vous permet de confronter votre offre avec la réalité du marché avant même de commencer, et ainsi valider à moindre coût votre “product market fit”. Dans cet article, nous allons vous donner les clés pour réussir une landing page efficace et convaincante en apprenant comment :

  • Définir votre objectif et votre stratégie d’acquisition
  • Présenter correctement votre proposition de valeur à la bonne cible
  • Utiliser Strikingly pour créer votre première landing page
  • Analyser et améliorer votre taux de conversion

Pour mieux vous accompagner, nous allons réaliser une landing page avec vous afin de vous expliquer la démarche étape par étape. Par souci de clarté, les réflexions sur cet exemple seront écrites dans ce format.

 

Qu’est-ce qu’une landing page ?

Un exemple de landing page pour Sponsored InMail de LinkedIn

La landing page, ou page d’atterrissage en français, désigne la page web sur laquelle arrive un internaute après avoir cliqué sur un lien d’une campagne marketing : une annonce Google Adwords, une publication Facebook sponsorisée ou une offre envoyée par mail. Son seul objectif est de convertir un visiteur en un client qui achète un produit ou un service, ou l’incite à donner ses coordonnées. Les possibilités sont nombreuses, vous pouvez l’utiliser pour : proposer un livre blanc à télécharger, réaliser des préventes pour un évènement, proposer de nouvelles offres commerciales à vos clients ou bien récolter les adresses mails d’intéressés par votre futur produit.

La home page de LinkedIn

Il ne faut pas la confondre avec une home page, qui est la page d’accueil de votre site internet. C’est votre vitrine où se trouvent toutes les informations sur votre entreprise et vos offres. Elle s’adresse aux visiteurs qui vous connaissent déjà et qui tapent votre nom dans un moteur de recherche pour utiliser votre service. Leurs ressemblances peuvent prêter à confusion, mais leurs objectifs sont bien différents.

 

1) Préparez-vous en amont

Définissez un objectif et une stratégie

Avant de vous lancer à tête baissée, vous devez connaître une règle essentielle. Une landing page contient : une seule proposition de valeur, pour une seule cible avec un seul appel à l’action. Votre objectif est composé de ces trois éléments.

Plus votre proposition de valeur est précise et votre cible segmentée, plus le résultat sera efficace. Si vous faites de la photographie et que proposez à la même cible du shooting en famille et de la photographie de mariage, vous aurez sûrement des inscrits pour ces deux prestations, mais vous ne saurez pas qui est intéressé par quoi. Vous devez alors créer une landing page pour les shooting en famille, en ciblant les parents avec un discours correspondant et une autre landing page pour la photographie de mariage, qui s’adressa aux couples avec une proposition de valeur différente. Prenez le temps de bien réfléchir à ces trois questions, elles vous aideront à ne pas vous disperser :

  • Une proposition de valeur : Qu’est-ce que vous proposez ?
  • Une cible : Qui est potentiellement intéressé par ce que vous proposez ?
  • Un appel à l’action : Que devra faire une personne intéressée ?

Quand vous avez clairement défini vos réponses, vous devez penser à une stratégie pour donner envie à un intéressé de réaliser l’action que vous lui demander. C’est le petit plus qui fait la différence. Vous pouvez proposer de tester gratuitement votre produit pendant un mois, un audit téléphonique de 15 min pour faire le point sur votre business, une promotion limitée dans le temps ou de tester en avant première un service.

Voici ce que l’on a répondu pour notre exemple :

  • Notre proposition de valeur : Un weekend de formation à l’entrepreneuriat à 100 €
  • Notre cible : Les étudiant(e)s intéressé(e)s par l’entrepreneuriat et l’univers startup
  • Notre appel à l’action : Laisser son adresse mail pour se pré-inscrire

En résumé, notre landing page aura pour objectif de : Convaincre les étudiants, qui souhaitent se former à l’entrepreneuriat pendant un weekend, de laisser leur mail pour se pré-inscrire. Notre stratégie est de leur proposer une réduction de 25% s’ils se pré-inscrivent avant une certaine date, pour les relancer et les activer par la suite.

Maintenant que nous avons notre objectif et une stratégie, nous pouvons commencer à nous pencher sur la structure.

 

Page courte ou page longue ?

Pourquoi est-ce important de se poser cette question ? Il existe deux types de landing page : le format court où tout votre contenu se trouve au dessus de ligne de flottaison (fold en anglais) et le format long où la description se poursuit en dessous de la ligne de flottaison. Qu’est ce qu’une ligne de flottaison ? C’est la limite en bas de votre fenêtre, voici celle de la page d’accueil d’Empara :

Le format de la page est déterminant dans le comportement d’un visiteur : Plus une page est courte, plus son taux de conversion est élevé et moins son engagement est fort. Expliqué d’une autre manière, plus vous avez d’informations, plus vous êtes susceptible de refuser l’offre ou d’être convaincu à 100%. C’est pourquoi il est stratégique de choisir le bon format selon votre objectif :

  • Format court : Une offre et un appel à l’action simple (donner son mail pour s’inscrire à la bêta d’une application par exemple)
  • Format long : Une offre plus détaillée avec un appel à l’action plus engageant (proposer de s’inscrire à une formation payante par exemple)

Si vous avez prévu de réaliser une page longue, vous devez afficher les informations les plus importantes au dessus de la ligne de flottaison. Même si les réseaux sociaux nous ont appris à scroller sans réfléchir, cette pratique s’avère bien moins un réflexe sur un site web. Une part non négligeable de visiteurs ne descendent pas en dessous de la ligne de flottaison lors de leur première visite, et il y a peu de chances qu’ils reviennent.

Dans notre exemple, nous allons prioriser le format long parce que payer 100 € pour une formation est assez engageant pour un étudiant. Il a besoin de comprendre ce qu’il va acheter et d’avoir un maximum d’informations pour être convaincu de se pré-inscrire. Les détails de l’offre (équipe, programme, prix) seront importants dans ce cas, c’est pourquoi un long format est plus adapté.

Nous allons nous focaliser d’abord sur le contenu avant d’attaquer le design en décortiquant un à un les éléments les plus connus qui la composent.

 

2) Travaillez d’abord sur le fond

Une bonne landing page capte l’intérêt – de part l’originalité, les mots et la tonalité de son contenu – et doit donner l’impression que l’on ne retrouvera cette proposition nulle part ailleurs. Mais il faudra aussi faire des choix car vous ne pourrez pas tout mettre. La structure d’une landing est assez simple mais elle n’est pas pour autant facile à réaliser :

  • Une proposition de valeur
  • Un appel à l’action
  • Une description
  • Un formulaire

Si vous n’êtes pas un designer web ou un écrivain, n’essayez pas de réinventer la roue. Copiez les textes et les design des pages qui ont fait leur preuve dans votre domaine ou au niveau de votre cible client. Dites-vous que LinkedIn a testé des centaines de combinaisons pour arriver à ce résultat. Ils ont tiré des enseignements de test que vous n’êtes pas en mesure de réaliser à votre échelle. Si vous avez besoin d’inspiration, vous pouvez vous rendre sur OnePageLove, ProductHunt et sur Launchrock qui proposent de nombreux exemples.

 

Votre proposition de valeur

Vous devez savoir que le temps moyen d’attention des internautes est de quelques secondes. C’est donc un temps très court pour convaincre votre cible que votre solution est LA solution, surtout si elle ne connaît que très peu de choses sur vous et votre offre. N’oubliez jamais que la demande naît du besoin et que le plus important est le bénéfice que vous apportez au client.

La difficulté est de réussir à décrire en une phrase simple le bénéfice que vous apportez et ce que fait votre produit ou votre service. Elle doit être compréhensible, inspirante et explicative. Attention, ce n’est pas une punchline ! Demandez-vous : Quel problème résout votre offre ? Qu’est-ce que vous apportez concrètement à votre cible ? N’hésitez pas à tester différentes propositions en amont avec des personnes de votre entourage qui peuvent être intéressées par votre offre ou avec des clients potentiels. Vous aurez déjà des premiers retours constructifs avant de vous lancer.

Dans notre exemple, nous avons identifié le fait que les étudiants ont du temps, qu’ils sont motivés pour se lancer dans un projet entrepreneurial, mais qu’ils n’ont pas toujours les bonnes méthodes pour oser se lancer. Ce sera aussi l’occasion pour eux de tester une idée et de développer des compétences recherchées dans le monde du travail. Notre proposition de valeur est « Étudiant(e), inspire-toi des meilleurs entrepreneurs et apprends à lancer ton idée en 48h ! ». Le choix des mots et de la tonalité un peu fun est représentative de notre jeune cible.

 

Un appel à l’action

Sur une landing page, l’appel à l’action (en anglais CTA pour Call To Action) donne la démarche à suivre. Il est composé d’une phrase expliquant l’action à réaliser et d’un bouton qui se trouve au niveau de votre formulaire. Si votre objectif est de proposer un livre blanc pour récolter des adresses mails de futurs clients, votre appel à l’action peut être « Inscrivez-vous et recevez gratuitement notre Livre Blanc sur les meilleurs outils de web marketing » avec un bouton « S’inscrire ».

Si votre page est longue, il est conseillé de doubler l’appel à l’action (au début et à la fin). Vous aurez alors une phrase et un bouton juste au dessus de la ligne de flottaison qui redirigera le visiteur vers le formulaire en bas de votre page si il clique dessus. Attention, il est déconseillé de mettre des actions différentes sur une même page et de renvoyer un visiteur sur un lien externe. N’ajoutez pas d’étapes supplémentaires, il a déjà fait l’effort de venir.

Dans notre exemple qui se trouve dans l’image ci-dessus, nous avons choisi comme appel à l’action « Ne perds pas de temps, pré-inscris toi avant mardi minuit et reçoit 25% de remise » en reprenant notre stratégie définie plus haut, et d’ajouter un bouton « Se pré-inscrire » qui le renverra vers le formulaire en bas de page.

 

Une description

La description de votre offre est importante car elle apporte en plus de votre proposition des arguments. Décrivez ou montrez en image ce que fait (ou fera) votre produit ou votre service. Une vidéo de quelques minutes ou une démo sera encore plus convaincante et pourra vous faire gagner de l’espace. Si vous réalisez une page courte, ne la surchargez pas et allez au plus simple. Une liste à puce en gras pour chaque caractéristiques. Si votre objectif est de tester un prix ou de vendre, mettez le tarif bien en évidence.

Expliquez aussi en quelques lignes qui vous êtes, ce que vous faites et pourquoi. Ce n’est pas obligatoire mais vous aurez plus de chance de convaincre votre visiteur si il sait qui se cache derrière l’offre. La vente passe par la confiance et rassurer votre internaute lui donnera envie d’en savoir plus sur vous.

Si vous avez déjà des clients, mettez-les en avant. Plus vous donnez d’infos (photo, prénom, logo de leur entreprise) en plus de leur recommandations, plus vous serez convaincant. Evitez les retours inventés de toute pièce, cela se ressent plus que vous ne le croyez.

 

Un formulaire

Comme sur un formulaire de contact classique, c’est ici que votre visiteur va renseigner ses coordonnées que vous lui demandez. Si vous avez une format court, votre formulaire se trouvera au début. Si vous avez un format long, il sera placé à la fin. Minimisez la demande d’information, plus vous voudrez d’informations sur votre client, moins il aura envie de remplir. Sélectionnez seulement ce qui vous servira pour le service ou le produit que vous proposez.

Dans notre exemple ci-dessus, nous avons choisi d’ajouter un simple formulaire où il suffit d’ajouter son adresse mail et d’appuyer sur « Se pré-inscrire » pour valider. Ayant choisi un format long, nous rappelons le bénéfice au visiteur en ajoutant une seconde fois la phrase d’appel à l’action.

Prenez le temps de travailler votre discours, chaque mots comptent et en oublier pourrait bien vous faire perdre de futurs clients. Passons maintenant à la forme !

 

3) Et ensuite la forme

Une bonne landing page est une page claire et aérée, qui se charge rapidement. Le défi est d’assurer la cohérence entre votre offre et votre identité. Cela passe par les visuels, les couleurs et la typographie. Elles doivent aussi correspondent à votre cible et joueront sur leurs émotions. Vous devez faire en sorte d’avoir :

  • Un logo et une charte graphique
  • Une ou des images de qualité
  • Un gros bouton et un formulaire visible

Ajoutez votre logo et votre charte graphique. Si vous n’avez pas encore, ne vous prenez pas la tête, faites simple et avec vos propres moyens. Pour éviter le sapin de Noël, choisissez au maximum 4 couleurs et 2 typographies (une pour vos textes et une pour vos titres).

Utilisez des images et des icônes de qualité. C’est connu, les belles images convertissent, évitez cependant d’utiliser des images trop lourdes qui feront ralentir le chargement de votre page. Si vous n’en avez pas sous la main, vous pouvez retrouver des images libres de droit sur des sites comme Pexels, UnSplash et LifeOfPix et des icônes sur TheNounProject. Si vous utilisez une image en fond, travaillez-la afin qu’elle ne prenne pas le dessus sur votre message, le contraste doit être net entre la photo et le texte.

Un GROS bouton et un formulaire VISIBLE. L’internaute doit les apercevoir facilement et comprendre l’action qu’il doit faire. Jouez aussi sur le contraste en utilisant des couleurs vives sur fond noir ou blanc par exemple.

Dans notre exemple, le logo bleu et blanc représente la durée de la formation (Toute ressemblance avec une marque ou un programme existant est purement fortuite). Le visuel en fond provient d’une série sur les startups, nous avons ajouté des emojis qui sont des symboles beaucoup utilisés par les jeunes et une couleur de bouton bien visible.

Vous avez désormais tous les éléments pour commencer la réalisation de votre landing page. Passons à la création !

 

4) Réalisez votre page avec Strikingly

Home ou landing page de Strikingly ?

Vous n’avez pas besoin de savoir coder, ni de dépenser des milliers d’euros pour construire votre landing page. Il existe aujourd’hui des services comme Strinkingly permettant de créer des pages web rapidement. Nous allons utiliser cet outil en raison de sa simplicité d’utilisation, de son design responsive pour être visualiser sur tous les appareils et de sa version gratuite pour vous exercer. Vous n’aurez bien évidemment pas accès à toutes les fonctions proposées mais c’est assez pour débuter.

Pour commencer, il suffit de vous rendre sur le site de Strinkingly et de créer un compte. Après l’inscription, on vous redirige dans l’onglet « Mes sites » où l’on vous propose de créer un site. Cliquez sur le bouton « Créer un nouveau site » :

Strikingly vous demande de choisir un template pour commencer, explorez les onglets et prenez un template qui ressemble à ce que vous souhaitez réaliser. Ce n’est pas important si vous en choisissez un qui n’a pas la même structure, vous pourrez le modifier entièrement. Pour notre exemple, nous allons choisir un template dans l’onglet « Startup » :

Vous pouvez avant de choisir votre template avoir un aperçu en plaçant votre curseur de souris sur le template et en cliquant sur « Voir un exemple ». Lorsque vous serez conquis, appuyer sur « Commencer à éditer ! ». Nous prendrons le template « Simple Splash » pour notre exemple :

Lorsque vous arrivez sur l’éditeur de Strinkingly, on vous propose une introduction rapide afin de vous montrer le fonctionnement de l’outil. Si c’est la première fois que vous utilisez ce genre d’outil, nous vous conseillons d’accepter et d’appuyer sur « Faire la visite ! » :

Après avoir suivi les explications sur le fonctionnement de l’éditeur, vous pouvez débuter la création de votre landing page. Commencez par réaliser la structure de votre page en ajoutant et en réorganisant vos sections dans la barre latérale gauche. Voici comment faire :

Lorsque vous aurez choisi et ordonné les bonnes sections, modifiez les textes, titres, couleurs et images. Pensez à enregistrer manuellement après plusieurs manipulations. Pour bien configurer votre section formulaire et votre appel à l’action, éditez les champs et n’oubliez pas d’ajouter votre mail pour recevoir les notifications de vos futures inscriptions :

Votre mise en page terminée, allez dans les paramètres. Nous vous conseillons d’ajouter un titre et une description de votre site (onglet « Info de base »), de modifier l’URL de votre page (onglet « Domaines »), d’ajouter les images de partage sur les réseaux sociaux (onglet « Partage d’info ») et de coller votre tracker Google Analytics (onglet « Services ») si vous en avez un. Vous verrez que cet outil vous sera utile pour analyser votre taux de conversion en plus des statistiques de Strikingly :

Lorsque vous avez terminé vos derniers réglages, il est temps de mettre en ligne votre première landing page ! Pas de panique, vous pourrez toujours la modifier par la suite. Appuyez sur « Publier » :

Félicitation ! Vous avez publié votre première landing page. Vous allez maintenant pouvoir la partager sur les réseaux sociaux ou la lier à votre campagne marketing. Si vous souhaitez voir le résultat de notre exemple, vous pouvez aller sur http://48h.strikingly.com et nous faire quelques retours en commentaire de l’article.

 

5) Analysez votre landing page

Publier sa page ne veut pas dire que le travail est terminé, au contraire ce n’est que le début. Votre nouvel objectif est d’amener votre cible sur celle-ci et de la convaincre en améliorant. Mais comment savoir si votre landing page fonctionne ? Il suffit de regarder le taux de conversion : le nombre d’inscrits divisé par le nombre de visites. Pour connaître votre nombre d’inscrits et de visites, revenez dans le tableau de bord de Strikingly et aller voir dans « Stats » et « Questionnaires » :

Il n’y a pas vraiment de référence, mais on peut dire qu’un bon taux se situe entre 0,1 et 0,2 si votre cible compte plusieurs dizaines de milliers de personnes et entre les 0,2 et 0,5 pour un petit nombre. Votre objectif est de maximiser votre taux.

Si celui-ci est mauvais, il y a plusieurs raisons à cela :

  • Soit votre offre n’intéresse pas la cible que vous visez,
  • Soit vous visez la mauvaise cible,
  • Soit vous n’analysez pas ce qui se passe sur votre page.

Malheureusement Strikingly ne vous propose pas d’autres indicateurs. Gardez cette phrase en tête : Tout ce qui se mesure s’améliore !

Un outil comme Google Analytics vous permettra d’aller étudier plus en profondeur les données de votre page, car le taux de conversion n’est pas la seule métrique qu’il faudra surveiller. Google Analytics vous donnera des informations comme le temps passé sur votre page (average session duration), le taux de rebond (bounce rate) et bien d’autres données qui vous aideront à améliorer votre page au fur et à mesure jusqu’à avoir un bon taux de conversion.

Dashboard de Google Analytics

Avec la version payante de Strikingly, vous pouvez ajouter du code javascript. Pourquoi est-ce important ? Car des outils comme Hotjar vous permettent d’aller encore plus loin dans votre l’analyse en insérant simplement un code javascript fourni par l’outil. Il vous donnera des informations sur l’emplacement des clics et le niveau de scrolling des visiteurs. Voici à quoi cela ressemble :

Heatmap de l’emplacement des clics


Heatmap du niveau de scrolling

Ces outils sont puissants et vous aideront à améliorer grandement votre landing page (et votre home page). Si votre taux de conversion n’est pas bon, il faut modifier une chose à la fois. Changez la proposition de valeur ou la cible, refaites de la promotion (des petites sommes pour expérimenter) et observez le résultat. Si vous modifiez les deux à la fois, vous aurez du mal à trouver la raison de votre faible taux.

 

Et vous ?

Nous insistons qu’il vaut mieux investir un peu de temps et un peu d’argent dans la création d’une landing page, car il n’y a rien de plus navrant que de mettre toute son énergie dans un projet qui n’intéresse personne. Si votre taux de conversion est dans la moyenne, c’est qu’il y a un marché pour ce que vous avez à proposer et qu’il faut foncer !

Et vous, à quoi ressemble votre landing page ? N’hésitez pas à partager en commentaire le lien de votre landing page, nous demander des retours et nous partager vos enseignements si vous avez de l’expérience dans ce genre d’exercice.

 

Leave a Reply 4 comments