Réussir ses photos en basse lumière

Vous nous avez posé 10 questions pour avoir des conseils sur le sujet : « Les photos en basse lumière »… Voici les réponses 🙂 Et pour ceux qui souhaitent avoir tous nos conseils pour maîtriser son appareil photo, nous avons une formation complète de 4 jours !

Repères temporels des dix questions :
0:39 min : 1. Quelle vitesse utiliser pour éviter du flou de bouger et/ou du flou de mouvement ?
8:23 min : 2. Comment faire la mise au point en condition de basse lumière ?
12:26 min : 3. Comment avoir un beau piqué en basse lumière ?
16:03 min : 4. Que faire lorsque l’on est contraint d’augmenter ses ISO au delà de la limite acceptable ?
19:35 min : 5. Comment shooter sans flash en basse lumière ?
23:13 min : 6. Comment gérer les situations de plage dynamique extrême ?
26:37 min : 7. Quels sont les réglages pour shooter dans un environnement lumineux variant ?
29:44 min : 8. Quel mode choisir sur son appareil lorsque l’on utilise un flash en mode TTL ?
30:39 min : 9. Est-ce que ISO 800 en argentique est égal à ISO 800 en numérique ?
31:53 min : 10. Comment retirer le bruit généré par une sensibilité ISO élevée en post-production ?]]>

Derniers articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

29 réflexions sur “Réussir ses photos en basse lumière”

  1. Bonjour,
    Merci pour cette vidéo !
    Pourriez vous m’expliquer comment fonctionne la règle du 1 pour 1 ? Je ne l’ai pas retrouvée ailleurs..
    Merci

  2. Ping : Réussir ses photos en basse lumière – Mon blog

  3. Bonjour,
    Je pars en Norvège à tromso en décembre donc pendant la période de nuit polaire.
    J’aimerai pouvoir photographie les orques et baleines avec mon canon 600D (objectif de base 55mm) en sachant donc qu’il n’y aura pas énormément de lumière et que se sont donc des sujets en mouvement. Aurais-tu des réglages précis à me donner pour régler mon reflex ?
    Merci 😉

  4. Bonjour, dans des conditions de basses lumières, es se que l’utilisation de la mesure spot ne pas être utile pour bien exposer son sujet ? Merci 🙂

    1. Bonjour Anais,
      Oui, la mesure spot peut servir dans les conditions difficiles, mais elle est particulière d’utilisation. Elle ne sert pas qu’en basses lumières, elle peut aussi servir en cas de contre-jour par exemple pour éviter d’avoir un sujet trop sombre. Dans la plupart des cas, la mesure multizone associée à la correction d’exposition suffira.
      Bonnes photos,
      Alex.

      1. Merci Alex 🙂 je testerais donc la mesure spot en cas de basse lumière lorsque les autres paramètres seront au max (ISO élevés, ouverture au max et vitesse 1/long focale) !! Sinon oui le reste du temps en conditions « normales » j’utilise la mesure matricelle/évolutive et la correction d’exposition !!

  5. Bonjour,
    J’aimerais avoir quelque petit conseil pour fair des photo en salle. Ma fille fait de la Gr et donc j’essaye mais c pas facile. J’ai un canon 7d accouplé a un 70 200f2.8 non stabilisé. Dernièrement j’ai acheté un monopode pour mieux me stabilise.
    Ps. Vos tutos sont au top. .

  6. Merci beaucoup! Tuto clair!….au boulot maintenant pour améliorer mes photos basse lumière! Et voir pour casser mon PEL! 😉
    bonne journée.

  7. Bonjour, j’aimerais savoir si on peut activer la réduction de vibration sur l’objectif en tout temps ou s’il est préferable de l’activer seulement quand on a en besoin? Je le laisse toujours à off étant donné qu’il ne faut pas l’utiliser avec le trépied et que je l’oublie toujours ensuite.
    De plus, je ne sais pas jusqu’à quelle vitesse je peux descendre quand je l’utilise.
    Alors, voilà. Pouvez vous m’éclairer à ce sujet, je trouve peu d’info sur le web.
    Merci 🙂

    1. Bonjour Michèle,
      Tu peux laisser la stabilisation tout le temps excepté lorsque tu utilises un trépied comme tu l’as très bien compris.
      La fiche technique de ton objectif (accessible sur le net) te permettra de savoir combien de diaphs tu peux gagner. Exemple : 1 diaph gagné sur un 35 mm monté sur APS-C -> vitesse sans stabilisateur (règle de 1 pour 1.5) : 1/60s env. -> vitesse avec stabilisateur : 1/30 s.
      A bientôt sur OP,
      Sébastien

  8. Petit ajout pour la réponse à la question 2 :
    Pour faire la mise au point en basse lumière, il est aussi possible de mettre un flash sur le boîtier et d’en désactiver l’éclair. Le boîtier utilisera le faisceau d’assistance à la mise au point du flash (qui est plus efficace que celui du boîtier, spécialement sur les flash des constructeurs). La mise au point sera faite beaucoup plus facilement et la photo sera prise sans le flash. Le seul inconvénient sera le fait de devoir porter le poids du boîtier et du flash. Les possesseurs du système de contrôle flash ST-E2 de Canon peuvent aussi utiliser l’assistant à la mise au point en basse lumière, ce qui est moins lourd que de porter un flash. (Je pense pas me tromper mais je n’ai pas ce matériel, je ne peux donc pas vérifier).

  9. Merci beaucoup pour cette vidéo, très intéressante.
    Bizarrement après 6 ans de pratique photo réflex en autodidacte, je n’avais jamais entendu parlé de la règle de 1:1 sur la vitesse du flou de bougé, pratique comme moyen de mémorisation. Par contre, une petite astuce que j’utilise très souvent c’est d’arrêter sa respiration pendant qu’on shoot, ça permet de limiter un peu ce flou.
    Sinon, l’idée de conserver les mêmes paramètres pour une situation de lumière variable est intéressante, généralement en photo de concert je cours un peu après l’ouverture et la vitesse suivant la situation et du coup je fais moins attention aux autres paramètres aussi, voire plus, importants (cadrage, action spéciale qu’il ne faut pas louper, etc.). En tous cas, j’essayerai la prochaine fois.
    À noter que sur certains boitiers, il est aussi possible de définir deux configurations, ça peut être très pratique pour switcher entre deux conditions lumineuses. Je pense particulièrement au D750 qui propose cette fonction et qui me fait de l’œil depuis quelques mois pour accompagner mon bon vieux D90. 🙂
    Pour ma petite conclusion sur cette vidéo et cette thématique : c’est justement ce que j’adore le plus en photographie : devoir faire des compromis quasiment tout le temps pour trouver la meilleure solution (ou la moins pire des fois) dans des situations difficiles, tout particulièrement en basse lumière. Sans ça, faire des photos serait tout de suite moins intéressant je trouve.

  10. Que pensez-vous de l’utilisation d’un panneau led, au dessus du boitier, pour des photos avec un sujet situé à 1 voire 2 mètres de distance maximum ?

  11. Merci pour vos précieux conseils toujours aussi clairs ! Concernant le mode à utiliser en concert ou spectacle sombre, pourquoi ne pas choisir le mode priorité ouverture au Max de l’objectif ainsi que les isos au Max du boîtier et laisser le boîtier choisir la vitesse la plus adaptée ? Étant donné la différence énorme d’éclairage (jeux de lumières) ente les différentes scènes (chansons) où dans une même scène (chanson), le mode M est très compliqué à paramétrer, non ?

    1. Bonjour Gwendall. Ton raisonnement est tout à fait logique. Mais comme tu dis, avec ces jeux de lumières, la différence entre deux scènes est juste énorme. En mode semi-auto, le temps que tu fasses ta mémo d’expo, ta mise au point et que tu déclenches, l’environnement lumineux aura déjà changé. En manuel, si tu te cales tes réglages sur l’éclairage le plus constant, tu auras beaucoup plus de chances d’avoir des clichés bien exposés. Bien entendu, lorsqu’il y aura des pics de lumière, tu seras sur-exposé, mais le reste du temps, ton exposition sera bien plus régulière.

          1. Dans ce cas, autant ne pas utiliser le mode manuel 😉 En passant en ISO auto, on repart à la question initial qui est d’essayer d’apporter de la constance face un environnement lumineux variant. Il suffit qu’un spot de concert très violent éclaire la scène pour que la photo soit sous-exposée. Inversement lorsque la scène est plongée dans la pénombre, le boîtier va pousser les ISO à fond. Le mode tout manuel n’empêche pas d’avoir des déchets. Mais il limite la casse.
            Et sans parler de ça, je préfère être celui qui décide du niveau de détérioration de l’appareil (même si on peut lui mettre un plafond) 😉

          2. Re Seb,
            c’est pas faux ^^ (désolé je viens de voir ta réponse, toujours le même souci de notification des commentaires), après se caler sur l’éclairage le plus constant te donnera des photos systématiquement sur-ex en cas de spot violent et sous-ex dans la pénombre aussi, mais dans ces conditions oui c’est mieux qu’iso auto. En revanche, iso auto en manuel n’est pas dénué de sens, si c’est pour mettre des réglages ouverture/vitesse et se baser sur l’indicateur d’expo pour le mettre à 0 par les ISO autant laisser le boitier le faire lui-même quand on ne peut pas prendre tout son temps pour le faire soi-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LIVE GRATUIT À VENIR

1 journée de formation en live gratuit 

LE REPLAY

Regarde le replay de la formation « Artisan photographe : améliorer ses techniques de vente »

LE GUIDE DE POCHE

Le guide à toujours avoir sur toi pour débuter en photographie.

REPLAY GRATUIT À VENIR

Apprends à jouer avec les couleurs et ajouter des effets de lumière à la prise de vue pour créer des portraits créatifs.

Jeudi 8 octobre à 18h

LIVE GRATUIT À VENIR

Rejoignez la communauté

Rejoignez la communauté

Empara c’est plus de 500 heures de vidéo sur plus de 50 formations pour photographes et entrepreneurs. Que vous vouliez vivre votre passion à fond ou que vous soyez dans une optique de reconversion, EMPARA vous donnera les clefs pour y parvenir.