Photographes de mariage, stop au stress !

De la photographie de mariage, j’en ai fait beaucoup. Aujourd’hui, j’en fais moins car je préfère faire des séances et profiter de ma famille les week-end mais il n’empêche que je continue à en photographier quelques-uns tout de même. Aussi, voici quelques conseils pour gérer son stress, que je m’applique à moi-même en mariage mais aussi pour toutes mes séances photo finalement.

Avoir une part de stress, c’est important, sinon cela voudrait dire que ce que nous faisons ne nous importe pas.

Mais savoir la canaliser l’est tout autant pour ne pas subir votre métier !

Table des matières

1. Relativiser

Dans tout métier social, nous avons une obligation de moyens mais pas de résultats. Ce n’est peut-être pas évident à concevoir mais à partir du moment où nous travaillons avec des gens, le libre arbitre fait qu’il nous est impossible de maîtriser l’autre. Aussi, nous devons nous adapter à chaque situation.

Il est ainsi important de prévoir et de s’organiser pour pallier à toute situation qui pourrait nous mettre dans l’embarras. Relativiser est une de mes priorités pour ne pas stresser et éviter de me mettre dans une situation d’échec. Nous ne sommes pas chirurgiens, nous n’avons pas de vie entre les mains. Alors pourquoi se mettre la pression ?

2. Anticiper

Anticiper = Obligation de moyens. La base ! Mieux vous vous préparerez, mieux cela se déroulera ! Prévoyez votre itinéraire, anticipez les embouteillages, pensez au stationnement, récupérez les numéros de téléphones importants…

Pour shooter beaucoup de mariages à Paris, ce sont des petites choses essentielles qui peuvent très vite rendre ma journée stressante. Alors anticipez.

  • Noter les choses ou en garder une photo sur son téléphone
  • Emmener ses chargeurs, ses backup, ses accessoires
  • Se faire le déroulé des sessions et prévoir en conséquence
En ce qui concerne l’aspect prise de vue, c’est la même chose. Anticipez les moments. Si vous faites votre premier mariage, en règle générale, vous le faites en tant que second shooter alors encore moins de stress. Mais surtout, ouvrez bien les yeux et mémorisez chaque instant de la journée. Même si les mariages sont différents, l’organisation reste souvent la même.

3. Conseiller

Anticiper est une chose, conseiller en est une autre. Conseiller me permet d’anticiper les éventuels problèmes que je pourrais rencontrer au cours de la journée. C’est comme mon contrat, il s’étoffe de mariage en mariage, de séance en séance 🙂 Faire part de son expérience et conseiller vos clients en termes d’organisation fait de vous quelqu’un de concerné et de professionnel. Vous n’êtes certes pas Wedding Planner, mais vous pouvez les aider dans le choix des couleurs, le choix des matières, mais surtout l’organisation de la journée.  Normalement, c’est leur « premier » mariage. Ils sont souvent eux même en demande de conseils. Alors faites-leur part de votre expérience : du meilleur moment pour faire les photos de couple, du temps qu’il faut pour les photos de groupe…

4. Penser basiques

Après avoir bien géré les 3 premiers points, passons à la prise de vue. Si j’ai un conseil à donner, ce serait celui-ci : pensez basiques ! Je parle des photos de base. Les « traditionnelles ». Celles qu’il faut avoir dans son boîtier avant les autres. Elles sont simples à faire. Ce sont des valeurs sûres. L’important est de les faire tout de suite pour ensuite se faire plaisir et pouvoir laisser votre créativité prendre son envol. Et si la créa semble s’être égarée, pensez KISS : keep it simple and stupid.

5. Prendre son temps

La journée de mariage n’est pas un marathon pour moi. À mes débuts, elle l’était ! Incapable de me poser, à shooter sans arrêt, sans vraiment réfléchir, ayant peur de louper un moment. Mais cela a bien changé ! Je sais les photos que je dois faire (au moins les basiques). Après, ce n’est que du bonus. Et du temps pour le bonus, on le trouve facilement à partir du moment où l’on maîtrise les basiques. Alors prenez votre temps, regardez autour de vous avec vos yeux et non pas que derrière l’appareil, élargissez votre vision, osez tester et n’ayez pas peur de le dire à vos clients. 

En général, lorsque j’ai fini un moment, comme les préparatifs par exemple, je n’hésite pas à m’asseoir, regarder ce que j’ai fait, tout en restant à l’affût de ce qui peut se passer autour de moi. À quoi cela me servirait-il de faire 100 photos de maquillage, sensiblement toutes les mêmes ? À part perdre du temps, ne plus savoir lesquelles garder et rendre un reportage trop chargé…

6. Provoquer

Pas vos clients hein. Quoique 😉 Je parle de provoquer les photos que vous voulez faire. Je ne suis pas une photo reporter. Je le suis juste pour les cérémonies. Mais en dehors, je vais chercher ce qui me fait vibrer. J’aime la peau, alors je vais provoquer des photos avec de la peau. J’aime la couleur, alors je vais chercher de la couleur. Je ne vais pas totalement diriger mes clients, mais je vais interagir avec eux, pour tout simplement obtenir ce que je veux.

7. Communiquer

D’où l’importance de communiquer ! Avec vos clients mais aussi avec les invités. Oui je ne suis pas du genre très discrète. Je sais l’être quand il le faut, mais je ne peux pas aller contre ma nature (et ça, mes clients le savent, c’est très important) Alors je n’hésite pas à parler, à blaguer… Cela détend souvent les gens et les aide à être plus à l’aise avec moi. Et puis, il ne faut pas se leurrer, les clients aiment la spontanéité et les photos prises à la volée (que je fais en général avec de longues focales ou avec un bras tendu par-dessus l’épaule) mais ils aiment aussi les portraits de copains me regardant et me souriant, une coupe de champagne à la main.

8.Sourire

L’incontournable. Le smile est un essentiel. Vous bossez chez Carrefour et devez empiler des boîtes de conserve ? Pas de soucis si vous leur faites la gueule. Elles ne vous en voudront pas. Mais à partir du moment où l’on travaille avec des gens, vous n’avez pour moi pas le droit d’être désagréable ou désobligeante. Le sourire, c’est la moitié de la satisfaction du client avant même d’avoir rendu vos photos. Mettez vos problèmes de côté. Et si vous n’y arrivez pas, ne faites pas subir votre malaise aux autres et donnez-vous les moyens de trouver une solution. Vos clients vous en remercieront tôt ou tard. Une chose est sûre : si jamais un matin je me lève en me disant que je ne suis plus faite pour ça. J’arrêterai.

9. Rendez-vous visible

Pour le coup, visible je le suis ! Si vous êtes plutôt du genre discret, ce n’est pas un problème. Mais jouez des coudes délicatement si vous souhaitez des photos de qualité. Tonton Roger aussi peut avoir un boîtier pro avec des objectifs à bague rouge ou or, ne vous en faites pas un ennemi. D’ailleurs, il serait ravi de pouvoir discuter avec vous au cocktail pendant votre pause. Laissez-le prendre ses images car rien n’est meilleur que de se faire ses propres souvenirs (cela va aussi pour les smartphones et tablettes). Par contre, faites gentiment comprendre que vous êtes payés pour ça et que vous aimeriez rendre un beau reportage à vos clients car ils vous ont fait confiance. Le tout avec le sourire, bien entendu.

10. Kiffer, forcément

Je shoote pour mes clients, mais je shoote aussi pour moi. Que deviendrait mon métier si je ne m’épanouissais pas dedans ? Un job alimentaire. Or, cette passion j’ai décidé de la transformer en métier, et en aucun cas je ne veux me lasser. Alors je me donne les moyens de l’aimer encore et toujours. 

Comment ? Tout simplement en faisant ma photo kiff dans chaque série de photo que je vais faire. Les basiques + ma photo kiff, LA photo qui me fait vibrer MOI, quel qu’en soit l’avis de mes clients.

11. Être à l'aise

Habillez-vous de façon à être à l’aise tout au long de la journée. En ce qui me concerne, j’opte souvent pour un sarouel/pantalon de couleur neutre avec de jolies sandales agréables et confortables. Lorsqu’il fait très chaud, j’ai banni les pantalons serrés et je ne compte pas me mettre en short ! Du coup, petit pantalon léger et discret (attention, ce n’est pas le sarouel vert ou rouge des vacances on s’entend) et petit top accordé. 

Être à l’aise dans ses mouvements, ne pas faire de bruit avec ses chaussures (pendant l’église surtout OÙ vous êtes juste le seul à crapahuter partout pendant les prières) et ne s’occuper que de ses petits mariés.

12. Faire du sport

Lorsque vous travaillez pendant une journée (quasi non-stop) il est essentiel d’être en bonne forme. Votre endurance et votre musculation sont mises à l’épreuve et il serait dommage de louper une photo parce que vous avez monté les 6 étages sans ascenseur en 20 minutes au lieu de 5. Je fais en règle générale environ 8h de shoot sur la journée. Si je ne veux pas être épuisée au bout de la 5ème, il est indispensable d’entretenir ma forme. 

Le petit plus, mettez quelques amandes dans votre sac, une véritable source d’énergie lors des petits coups de pompes (pour vous, ou la mariée !).

En résumé

Vous l’aurez compris, être photographe de mariage, c’est un vrai boulot ! Et puisqu’il est passionnant, autant le garder comme tel. Avoir une part de stress, c’est important, sinon cela voudrait dire que ce que nous faisons ne nous importe pas. Mais savoir la canaliser l’est tout autant pour ne pas subir votre métier ! Pour moi, les points les plus importants sont le fait d’anticiper et de s’adapter. 

Et vous, quelles sont vos astuces ?

Derniers articles

3 réflexions sur “Photographes de mariage, stop au stress !”

  1. Bonjour , mon fils me demande de faire les photos de son mariage au mois de mai et j avoue que ça me stresse max je me pose énormément de questions

    1. Bonjour, comme le dit Agnès dans son article, tout est question de préparation et d’anticipation. Si le mariage de ton fils est en mai, alors ça te laisse un peu de temps. Et on peut t’aider 🙂 On a plusieurs formations sur la photo de mariage qui vont te permettre de préparer pour le jour J. Notamment : le « Workshop photographe de mariage » par Xavier Navarro que tu peux retrouver ici : https://www.empara.fr/cours/devenir-photographe-mariage

    2. Hello ! Il faut aussi comprendre que le fait d’être photographe du mariage de ton fils ne te laissera pas la joie de profiter de cet évènement si important ! Créer ses propres souvenirs est important, je le conçois, mais pour profiter à fond, laisse la responsabilité des images à un professionnel. Moi-même je dis à mes amis et ma famille que je ne serais pas en charge des images de leur mariage : ou je suis invitée, ou je travaille. Je te souhaite un beau mariage ! (Agnes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LIVE GRATUIT À VENIR

Je vous montre comment réaliser des vidéos corporate captivantes et créatives.

LIVES GRATUITS À VENIR

La masterclass de Félicia

Apprendre la vidéo corporate

Créer une vidéo corporate