Devenir photographe… ou pas

Vous avez toujours rêvé de ne pas devenir photographe ? Dans cet article, je partage avec vous 7 astuces qui vous permettront de ne jamais avoir de succès en photographie.
Je ne vous la fais pas l’envers, cet article est largement inspiré de l’excellente publication de John Schell sur Fstoppers (d’ailleurs, pour ceux qui lisent l’anglais, ce site est une véritable mine d’or).

Massif du Sancy, Sébastien Hubner

Il faut l’admettre, dès l’instant où l’on décide de franchir le cap pour devenir photographe pro, le plus dur, c’est de se faire connaître. Comment se démarquer des innombrables photographes qui sont eux-mêmes en train d’essayer de se faire une place, ou de la conserver. Comment attirer ses premiers clients. Comment leur faire savoir que vous êtes là, disponible et désireux de travailler avec eux.
Avant internet, il n’y avait pas un million de façons d’y parvenir. Le plus souvent, on ouvrait un studio avec pignon sur rue et on attendait patiemment que le client s’aventure chez nous. Aujourd’hui, et bien… ce n’est plus aussi simple.
Pour parler d’un milieu que je connais, le mariage, j’ai pu observer de nombreuses pratiques, plus ou moins concluantes, permettant de sortir de l’anonymat. Certains d’entre nous déposent cartes de visite/flyers chez les autres prestataires (bijouteries, fleuristes, lieux de réception, etc…). D’autres vont jusqu’à leur proposer une commission pour tout contrat signé. Nous participons à des événements, on se regroupe entre pairs, on s’inscrit sur les groupes Facebook d’échanges de doublons, etc…
Bref, je m’égare. Voyons dès à présent les 7 actions à mettre en oeuvre pour ne jamais percer :
A lire au second degré.

1. Achetez le plus de matériel possible

En tant que photographe, on sait à quel point il est important d’avoir beaucoup de matériel. Plus c’est gros, lourd et cher, plus on élève notre niveau en photographie. Si vous ne dépensez pas plusieurs milliers d’euros, vous n’aurez tout simplement aucune chance. Et puis, que va dire votre client s’il vous voit arriver avec un simple APS-C et deux malheureux objectifs ? Aucune crédibilité.
Il y a des rumeurs, ici et , qui disent que l’on peut faire de belles images sans nécessairement se ruiner. Tout simplement absurde.

2. Ne lisez jamais votre manuel

Rien ne rassurera mieux votre client que de vous voir vous débattre avec votre matériel. Je vous assure. Le top si vous ne savez plus comment régler votre appareil en plein shooting, c’est de faire une recherche sur internet. Et c’est encore mieux si vous utilisez l’ordinateur de votre client. Satisfaction garantie ! Sinon, vous pouvez toujours appeler un ami ou carrément demander l’aide du client.
Et dire qu’il y a des photographes qui paient des formations pour comprendre et maîtriser leur appareil photo… A quoi bon. Un bon TOUT AUTO et le tour est joué.

3. N’essayez jamais de vous dépasser

Je préfère vous prévenir. Si vous lisez des livres, que vous cherchez à nourrir votre créativité ou que vous suivez des workshops, cela risque de se ressentir dans la qualité de votre travail.
Si vous le pouvez, zappez les fondamentaux de la photographie. C’est tellement old-school. Et si jamais vous êtes pris d’une soudaine nostalgie, tenez-vous en aux règles que vous avez apprises. Ne cherchez surtout pas à les briser. Composition tronquée, espace négatif, cadre dans le cadre, on oublie. Vous n’êtes pas là pour changer les choses.

Forêt du Massif des Bauges, Sébastien Hubner

4. Achetez des presets (chers si possible)

Pourquoi passer des heures à comprendre comment fonctionnent des logiciels de retouche comme Lightroom ou Photoshop alors que l’on peut trouver pléthore de presets sur le web. C’est vrai, pourquoi s’embêter ?
J’en connais qui se prennent la tête pour des histoires de colorimétrie. Il y a des choses tellement plus importantes dans la vie. Utilisez plutôt ce temps là pour poster votre dernier selfie sur Snapchat, regarder quelques vidéos de chats et connaître enfin l’âge de Trump (70 ans si vous n’avez pas encore trouvé).
En plus, cela permet d’uniformiser le travail des différents photographes qui achètent les mêmes presets. Au moins, vous êtes sûr que le client ne vous choisira pas pour l’originalité de votre style. On le sait tous, être différent n’a jamais aidé personne.

5. Isolez-vous du reste du monde

On vous a proposé une réunion entre photographes de votre région ? N’y allez surtout pas. Ils seraient incapables de reconnaître votre génie stratosphérique. Vous avez la chance unique d’être entré en orbite autour de Jupiter après avoir suivi cette courbe des pointillés si attractive (cf. : « Le long chemin du photographe » à 14:35 min, module « Faire de belles images » du cours « Comprendre et maîtriser son appareil photo » de Xavier Navarro).
Pire, vous risqueriez de sympathiser avec ces photographes. Imaginez que vous soyez en compétition avec l’un d’eux pour la signature d’un contrat. Il vous sera beaucoup plus simple de le décrédibiliser auprès d’un client si vous n’avez lié aucun lien avec lui. Vous êtes choqués ? Réveillez-vous. Vous n’êtes pas là pour faire du social. Restez chez vous et embrassez votre solitude.
Même chose pour les réseaux sociaux, véritable fléau des temps modernes. Ce ne sont que des exutoires pour jeunes prépubères. Fuyez et restez le plus discret possible.

Seul face à l’immensité, Sébastien Hubner

6. Ne travaillez JAMAIS gratuitement

Jamais. Que ce soit pour vous entraîner, nourrir votre portfolio ou vous ouvrir à un nouveau business, tout travail mérite salaire. J’insiste sur ce point car certains illuminés incitent les aspirants pro à travailler gratis de temps en temps. C’est du délire.

7. Court-circuitez la concurrence

Un potentiel client vous contacte mais il est déjà en phase de discussion avec un autre photographe. Peu importe son offre, proposez la même chose pour quelques centaines d’euros de moins. Tous les moyens sont bons pour décrocher un contrat. Votre client ne pourra que vous en être reconnaissant. En plus de ça, vous participerez à la valorisation de votre profession. D’une pierre, deux coups. Vous êtes magiques.

Retour à la réalité

Bien que chacun ait sa propre définition du succès, vous l’aurez compris, cet article ne vous sera d’aucune aide pour devenir photographe pro ou pérenniser votre activité. A moins que vous ne preniez cette liste à contre-pied et découvriez le véritable secret du succès en photographie.
Vous en avez d’autres des conseils pour ne jamais avoir de succès ? 😉

Derniers articles pour entreprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

49 réflexions sur “Devenir photographe… ou pas”

  1. Bonjour
    J’ai lu votre page de conseils photos. Assez bien en général mais vous avez oublié un point , le plus important à mon avis.
     » Soyez très exigeant sur la qualité des photos que vous affichez pour votre publicité. Elles sont l’image de votre savoir-faire, de votre compétence et de votre expérience « . Et je parle en connaissance de cause pour avoir souvent donné ce conseil.
    Je consulte différents sites de personnes qui se disent  » photographe « . Certains sont tellement médiocres que l’on peut se poser des questions sur leur avenir dans ce domaine.
    J’ai une petite anecdote à ce sujet. Lorsque j’avais mon agence de presse photo un gars ( assez prétentieux d’ailleurs ) est venu me voir pour me présenter un book avec que des photos flous qu’il qualifiait de » flou volontaire artistique « . Apparemment ce n’était pas le cas mais plutôt un manque de compétence.
    Je lui ai dit  » lorsque tu me présenteras une même photo en 2 versions nette et floue, je m’intéresserai à ton travail. Je ne l’ai jamais revu. Et il désirait faire une carrière de photographe.
    Y.Barbieri ( ancien reporter-photographe, ex-membre du CA de l’Association Nationale des Reporter Photographe et Cineastes – ANJRPC ) site : http://www.scoopbook.fr

  2. et et oui oui beaucoup peut d »élululu bon maintenant il faut se faire plaisir pour être connu ou en vivre le faire avec une énorme passionata haha et ce dire voila j’aime donc je fait . Midgil 64 ans photographe depuis 1979 je suis passé par les pays en guerre , la mode, les photos pub , politique les expos art photos mes la passion est la même aujourd’hui ce net pas l »appareille qui fait le photographe mes son œil et sa ont la ou pas hoho

  3. Bonjour à tous, je suis un débutant ds la photo et je suis aussi en situation de handicap (fauteuil électrique : +50 cm du sol). Il y a-t-il des personnes ds la même situation et vos astuces, je crains de pouvoir faire que de la contre-plongée non ?

    1. Bonjour Boris,
      Ce poste date, mais sait-on jamais peut-être que vous lirez ma réponse quand même… Je vous encourage à regarder les magnifique travail de Yvan Buchman photographe talentueux dans ma région qui s est construit une renommée internationale malgré ce ‘handicap’. Croyez en vous en lancez vous !

  4. La photographie professionnelle st un domaine complètement bouché. J’ai deux ou trois amis professionnels qui ont du mal à boucler les fins de mois, qui ne prennent jamais de vacances faute d’en avoir les moyens, qui auront des retraites de misère faute d’avoir eu des fonds disponibles pour cotiser à des complémentaires, qui passent leur temps à courir le cacheton auprès de petits clients, qui se mettent au pain et à l’eau pendant des semaines pour pouvoir acheter un malheureux f/1.8 d’occasion… et le pire, c’est qu’ils ont du talent, du métier, et font d’excellentes photos!
    Moi, certes, j’ai moins de temps qu’eux pour faire des photos, et cela me peine, mais j’ai un « vrai » boulot qui paye bien, je ne crains pas de tomber malade car ma couverture santé est en béton, ma retraite (dans quelques mois) s’annonce fort douillette (en dépit du mauvais coup que Macron vient de faire aux retraités avec la CSG), j’ai dix fois plus de matériel que mes malheureux copains (et uniquement des f/1.4), bref je n’échangerais jamais ma vie contre la leur… et cela me peine de dire ça, car ils mériteraient certainement de s’en sortir cent fois mieux qu’ils ne le font, mais c’est, hélas! la réalité du monde d’aujourd’hui.
    Avoir du talent ne suffit pas, il faut avoir un réseau solide, être très commerçant, savoir superbement se vendre, avoir construit sa carrière en commençant comme assistant de photographes ultra-réputés, etc. Quand on gagne deux ou trois concours-photo et qu’on se dit « allez, je me lance professionnellement, je laisse tomber mon job, à moi le bonheur…! », eh bien 99 fois sur cent, on tombe de très, très haut, et on en reste très, très amer. Et ne pas avoir de quoi mettre un peu de beurre dans les épinards, ça n’améliore pas non plus l’ambiance familiale.
    Mon conseil, c’est donc de bien assurer sa vie professionnelle et personnelle, et ensuite seulement de pratiquer la photo comme un violon d’Ingres, avec passion, en se dépassant, en faisant des concours si l’on a envie, en exposant ses œuvres si l’on en a l’occasion, mais surtout, surtout, sans basculer dans la photo dite « professionnelle », laquelle ne nourrit pas son homme —ni sa femme.

  5. Je viens juste de prendre connaissance d’OP par hasard. Je suis un professionnel depuis houlà-là, une époque où le numérique était inimaginable, un temps où l’on nous apprenait même pas la couleur dans les écoles photo. Bref, aujourd’hui, il faut être balaise pour s’installer et surtout pour en vivre même en étant le meilleur du monde. Il y a une chose que beaucoup semble oublier ou plutôt ignorer : la prise de vue est une chose, un instant de quelques secondes avec une envie mais pour quoi faire ? Ça sert à rien, ça va au fond d’un tiroir, c’est tout.
    Aujourd’hui, on est dans l’ instantanée, l’éphémère . Autrefois, la photo avait un coût, on ne gaspillait pas, on faisait attention de ne pas la rater…on attendait une semaine pour le développement, c’était pas grave et normal, ça aussi c’était le travail du photographe de campagne, le photographe social qui faisait les naissances, les communions, les mariages, les mortuaires (les pros savent ce que c’est…), les écoles du coin…et tout le négoce au magasin.
    Si les nouvelles technologie se développent aussi rapidement, c’est que cela répond à une demande mais au détriment d’autre chose. Les gens n’ont plus besoin de nous puisque c’est de l’informatique et bien souvent ils sont plus calés ou se croient plus malin que nous avec nos photos ringardes dans la vitrine : bah oui, qu’en on entend « t’as vu la tronche de la fille machin dans la vitrine » ça fait toujours plaisir. Quand on nous donne un jour, une heure de rendez-vous et que le client se pointe 3/4h en retard affublé comme 4 sous en s’étant couché à 5h du matin, il faut gérer. Eh ben oui tout ça ne fait pas à la sortie une photo terrible, artistique mais le client est content. C’est ça aussi être un photographe PROFESSIONNEL, gérer la négligence, l’imprévu… Tout à changer dans ce monde, par exemple, la photo de mariage est devenue érotiques, voire plus. Ben oui, je suis un vieux mais autrefois tout le monde, toute la famille voyait les photos, et on vendait beaucoup, on avait un service, on se déplaçait, on livrait les photos le soir…c’était pas internet et ça marchait.
    Alors aujourd’hui mes petits jeunes qui aurait l’intention de s’installer, vous pouvez faire des centaines, des milliers de photos numériques avec de chers appareils au top, faire des photos osées (ce qui ne me dérange pas), artistiques comme on dit maintenant, ça fait bien, vous mettre sur internet, ne le faites pas, vous êtes grillés d’avance. Faire de la photo, faire du commerce, il faut avoir la fibre, ça ne s’improvise pas même en ayant fréquenté les meilleurs écoles du monde et combiner les deux, je n’en parle pas.
    Pour en terminer, j’ai fait des milliers de photos qui sont dans les tiroirs avec des milliers de clients dont beaucoup ne sont plus de ce monde mais peut importe j’ai contribué à la mémoire du temps et pour vous les jeunes ne confondez pas PRENDRE une photo et FAIRE une photo, je vous laisse comprendre la différence et surtout ne croyez pas que la photographie qui est considérée administrativement comme un art dépend de l’appareil, du sujet ou de son auteur, c’est une autre dimension que l’on soit petit, grand, connu pas connu.

  6. Je suis bien d’accord sur le fait que,
    IL ne sert à rien d’avoir un appareil photo professionnel, pour prendre non seulement de belles photos mais aussi des photos qui surprenne et qui non fond ressentir quelque chose.
    Le photographe pro avec sont matériel haut de gamme, est beaucoup trop désireux, de la photo ultra technique, sans le moindre faux pixels, qu’il en oublie pourquoi il prend des photos,
    C’est comme d’arriver, à un entrainement de rugby, déjà près avec avec tout le matos, (protection tibia, épaulette casque, mayo, short, et crampon de marque), mais du coup il en oublie toute les valeur, avec la convivialité des vestiaire, l’esprit d’équipe, et les troisième mi-temps,
    Oh encore comme un artiste peintre qui ce dis il faut que je produise, donc il sort une toile, essais tout un tas de chose très technique, mais sans aucune réelle profondeur,
    Toutes les photo de mon profil insta… sont prise avec un « smartphone », sur des coup de tête, sur un moment,
    Avant de vouloir surprendre, son public, il faut d’abord, ce laisser surprendre par son environnement
    Je ne dis pas que toutes mes photo sont génial, mais elles ont une âmes, et partage un vrais souvenir.
    Amitié
    Sylvain manigaud

  7. Devenir photographe PRO de nos jours est dans 95% des cas un suicide programmé.
    1-Bien trop de Fauxtographes avec une carte auto entrepreneur cassent le marché.
    2- Les photographes sont en sur nombre.
    3- Grand nombre de PRO se sont mis à faire de la formation à plein temps ou à temps partiel, ce qui prouve bien que le métier seul ne marche PLUS. Car quand on est surbooké comme le disent certains, on na pas de temps pour faire des formations.
    Et je passe sur celles et ceux qui vendent des formations pour vous dire comment réussir, comment devenir un photographe connu et gagnant beaucoup d’argent. C’est dommage qu’ils ne sachent pas donner les numéros du LOTO.

  8. Bien dit mais un peu simple en soit. Devenir photographe et gagner un salaire décent à l’heure du numérique (d’internet) est très très difficile même si l’on n’applique pas vos 7 conseils
    Je dirai que vos remarques sont justes mais ce n’est que le sommet de l’iceberg.
    Un point que je retiens quand même, c’est le fait de ne pas s’isoler. Oui ça parait évident mais ça veut dire également se faire connaitre, pouvoir exporter son travail en dehors des frontières, savoir communiquer, payer un peu de sa personne pour rencontrer les clients potentiels et ça pas que par le net.
    En bref il faut être vraiment passionné pour faire ce boulot, sans cet élément pas bien de solutions se présenteront à vous

  9. J’aime bien la manière de présenter la chose, l’humour est toujours payant.
    Cela dit, le métier de photographe PRO est un secteur bouché de chez bouché. Les photographes PRO dignes de se nom sont tellement surbookés par leur métier de photographe qu’ils se sont tous mis a la formation pour boucler les fins de mois. Bien que certains prétendent le contraire en vous disant de franchir le pas et en vous parlant de chiffre d’affaire de centaines de milliers d’euros ce qui n’est que de la poudre aux yeux. Ce n’est pas en faisant un stage de conduite sur un circuit que vous deviendrez un Alain PROST. Le rêve c’est bien, avoir les pieds sur terre c’est beaucoup plus raisonnable.

  10. Pour être photographe amateur pas besoin de ce pavané avec des appareils qui coûtent la peau des f….s. Si vous avez les moyens pourquoi pas. Mais pour une activité professionnelle il faut plus de matériel donc plus d’investissement.
    Bruno

  11. Bonjour,
    Serais t’il possible d’avoir un tuto sur les photos d’enfants (reportage, position pour le portrait, etc) car j’ai le sentiment que les conseils portait homme ou femme ne s’applique pas forcement aux enfants.
    J’en profite pour remercier toute l’équipe pour vos conseils, et pour dire que j’adore vos clichés.
    Maintenant mon objectif est une petite expo dans 13ans pour mes 45ans. Mais j’ai encore une montagne de choses a apprendre et de photos a faire pour progresser.
    Encore merci pour tout.
    David

  12. En tant que graphiste, je vous conseille de ne n’achetez pas de presets, faites le vous-même ! Sauf si vous n’avez pas le temps ou manque de créativité. C’est trop facile d’avoir des presets le faire à votre place.

  13. Je n’ai pas compris où était le second degré.
     » 6. Ne travaillez JAMAIS gratuitement
    …ni en mode survie. Il/elle négocie ? Rajoutez 10 % à chaque discussion, (Refusez de communiquer par SMS, aucune valeur légale), et prenez 30 % d’acompte à la signature du contrat bétonné et signé ! (…frais détaillés et inclus dans votre facture) »

  14. Bonjour
    Ton article est très bien! j’ai par contre cette image,que pour devenir photographe professionnelle il faut avoir un plein format afin que si le client souhaite faire une grande affiche publicitaire ou une exposition photos très agrandie ,la qualité de l’agrandissement doit être impeccable…j’ai un appareil nikon D3200 avec objectif fixe, je ne sais pas si je me trompe, mais pense qu’il sera pas assez efficace…
    merci de ta réponse!
    Petra

  15. Bizarre, doit-on voir dans ton article une relation avec l’actualité « politique » ?
    Si je reprends le commentaire de BOP en remplacent photographique par politique, ton article colle à la réalité » La photographie est à la portée du dernier des imbéciles, elle s’apprend en une heure, ce qui ne s’apprend pas, c’est le sentiment. » Sans aucune polémique.

  16. bonjour bon week-end mes cheres amies
    merci cordialement a votres tutos
    je vais acheter du materiels comme tu ma dit allez Didier etouffe ton visa hahahahahahahahahaha
    gros bisous a vous deux de ma part
    a bientot mes tres chers amis
    Didier

  17. Bonjour,
    Je trouve ça triste ,car en fait la photographie est juste réserver a un monde de riches qui a les moyens de dépensé des milliers d’euros dans du matériels photographique ,et moi avec mon simple Canon EOS 700D et mes objectifs 18-55 ,et 55-250 je peut déjà arrêter tout de suite parce que je n’aurais jamais les moyens d’acheter du matériels haut de gamme a plusieurs milliers d’euros,parce que si je vous est bien compris impossible de faire de belle photo de qualité sans avoir un appareil photo du style 5D mark III ou 4 a 3000 euros avec l’objectif qui va avec ,donc il faut arrêter de dire a longueur de temps qu’avec vos formations et vos conseils sur la photo qu’ont va s’améliorer en photographie vous oublier de dire qu’il faut avant du super matos pour ça ,puisque que vous avez dit plus haut qu’impossible de faire de belle photos avec du matériel entrée de gamme ou milieu de gamme qu’il faut du matos experte donc vraiment décevant !!!!!!

    1. Bonjour, Tout d’abord, malgré ma mésaventure, j’ai commencé avec un Nikon D3100 et un 28-75mm f/2.8 Tamron qui m’a permis de faire de très belles photos de spectacle ou de portrait. Ce n’est qu’après que j’ai acheté mon D750, mais avec un bon 50 mm f/1.8 même avec un APS-C tu peux faire beaucoup. J’ai vu la différence qu’en situation difficiles comme la prise de vues en spectacle où je peux gagner 1 ou 2 diaph ce qui permet de descendre en ISO ou de monter la vitesse. La raison du prix m’a également fait choisir Nikon au lieu de Canon (2000 au lieu de 3000 env.). Tu peux aussi acheter du matériel d’occasion ce qui te permettra de commencer. Pour mes quelques portraits que j’ai pu faire j’ai tout remis dans du matos.. Ensuite une situation peut changée, je n’avais pas d’argent pour acheter plus qu’un D3100 et puis plus tard j’ai eu une rentrée qui m’a permis d’acquérir du bon matériel. Mais surtout le matériel ne fait pas tout, un outil reste un outil que ce soit un marteau ou un appareil photo, mets l’appareil photo le meilleur qui soit dans les mains d’un débutant, il fera du travail de débutant, mets un appareil de premier prix dans les mains d’un artiste photographe il en sortira une oeuvre, peut-être pas majeure mais une oeuvre de maître tout de même. Travaille tes cadrages, tes mises au point, les techniques liées à chaque situation, il n’y a pas besoin d’un super matériel pour ça, mais c’est ça qui fera la différence.
      Pour finir, l’oeuvre photographique la plus chère vendue dans l’année écoulée a été faite avec un portable !…
      Il y a de quoi rester rêveur, non ?

    2. bonjour Art Phil
      comment toi j’ai un 700 D avec un 18/55 et un 70/300 et un 50 mm
      je pense qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un boitier à 4000 € pour faire des photos magnifiques
      on peut faire de très belles photos avec un aps C
      la seule chose c’est que les pleins format gèrent mieux les iso et donc le bruits quand la lumière vient à manquer ‘photos de nuit etc..) et ont plu s de pixel surtout utiles pour les agrandissements
      pour moi la sensibilité du photographe et la mise en scène sont très importantes pour faire des photos
      votre but est il de devenir pro?

  18. Merci pour ce moment de second degré, qui est l’exacte inversion de ce que vous nous donnez. Je vous suis depuis peux mais j’ai deja appris beaucoup. A ce titre un grand merci a vous tous.
    Ps: Super les photos.

  19. Bonjour,
    Je n’ai pas su passer ce cap… J’ai travaillé gratuitement pour des associations et des groupes musicaux ou de théâtre, mes photos m’ont apportées des louanges. J’ai pu faire quelques portraits rémunérés mais rien de plus. J’ai du bon matériel (Nikon D750, 50 mm f/1.4, 85 mm f/1.8, 24-75 mm f/2.8, etc), il me manque juste un 70-200 mm f/2.8 si je voulais attaquer la photo de mariage. J’ai un site internet, de bonnes cartes commerciales et des tarifs raisonnables sans être cassés.
    Je n’ai pas compris jusqu’au moment où des ragots me sont revenus aux oreilles, ma sœur dont j’avais fait toutes les photos de son association gratuitement pendant 2 ans m’avait dépeint d’une très mauvaise manière partout où elle avait pu !… « Toutes les photos ne seraient pas de moi et je n’aurais pas une tenue correcte envers les jeunes femmes… » (entre autres !) Je n’en comprends pas les raisons, c’est entièrement faux et j’en reste très blessé, bien sûr je ne vois plus ma sœur et je ne fais plus ses photos, mais que puis-je faire pour casser une telle rumeur ? Je n’ai même pas pu avoir de jeunes modèles pour de simples portraits ! Le club photo auquel j’appartenais m’a tourné le dos et m’a fait sentir que ma venue n’était plus désirée…
    Je ne suis pas de première jeunesse, je vais avoir 57 ans cette année alors je n’ai pas trop de temps devant moi, c’est la reconversion d’un ancien graphiste 2D/3D alors je fais le maximum, j’étais en sur-poids j’ai donc perdu 13 kg, j’ai changé de look, mais j’habite un village en bord de mer et Nantes est à une heure de route…
    Comme toujours quand on est enfermé dans un problème on a du mal à en voir les solutions, un peu d’aide serait la bien venue !

  20. J’adore ! J’adore le ton de l’article … tu m’as bien fait rire … après-coup !!!
    Sur ces bons conseils, je m’en vais de suite jeter un œil sur le lien de John Schell.

  21. J’adore le second degré mais là comment dire ? si jeune en plus…ça sent l’envie féroce de régler quelques comptes non ? 🙂 Au bout du compte justement, c’est assez figé, plein de préjugés à l’envers et limite moralisateur, un petit côté mode d’emploi…Il y a autant de définitions de photographes qu’il y a de photographes. Certains seront extrêmement renommés mais sortis de leurs studios et petits mariages, vous les lâchez dans la rue et il n’en ressortira rien ! D’autres arrivent à vous faire rêver et voyager avec un IPhone comme appareil ! …et ici ça sent un peu le mode d’emploi de la première catégorie. Je me trompe peut être hin…
    J’aime assez la phrase de Nadar qui dit que  » La photographie est à la portée du dernier des imbéciles, elle s’apprend en une heure, ce qui ne s’apprend pas, c’est le sentiment. » [Nadar] Et forcement dans certains milieux de photographes qui ne peuvent supporter la démocratisation de la photo avec le numérique on ne veut surtout pas entendre ça, pensez donc !! Pourquoi pas nous traiter d’artistes aussi ?!
    Allez, n’oublions pas que si notre tête est ronde c’est quand même pour permettre aux idées de changer de directions !

    1. Merci beaucoup pour ton retour Bop ! Aucun compte à régler ni d’envie moralisatrice 😉 Je voulais simplement faire un article qui change un peu avec un peu d’humour et beaucoup de second degré. Et comme je l’ai écrit au début de l’article, c’est largement inspiré de la publication de John Schell et donc de son retour d’expérience que j’ai agrémenté du miens et de celui de collègues 😉
      Et je partage complètement la pensée de Nadar 🙂

  22. J’ajouterai : Arrêter de sortir avec son matériel, c’est le meilleur moyen de se faire piquer ce superbe 5DIV qu’on vient d’acheter, ou de l’égratigner, ce qui ferait descendre sa cote lorsqu’on le revendra pour un 5DV après quelques 278 déclenchements… De toute façon, un iPhone dans la poche, ça prend moins de place et celui-là, au moins, on peut compter dessus ! 😉

  23. Je suis un peu dubitative en lisant cet article ! Je ne tiens pas à être médisante gratuitement, juste signaler mon incompréhension. On dirait qu’il a été écrit juste pour éviter le taux de rebond ! Trop de liens vers les anciens articles, alors que nous attendons avec impatience des tutos de qualité comme vous nous en aviez donné l’habitude. De plus, les fautes ainsi que l’oubli de certains mots laissent à penser qu’il n’y a pas eu de relecture, nous n’étions pas habitués à cela sur ce blog ou j’ai tant aimé passer du temps. J’espère ne pas vous blesser, je voulais juste donner mon impression. Bonne continuation, Sophie

  24. Hey Seb ,
    J’aurais dit d’aller aux réunions de photographes sur la 5, surtout si on a bien suivi tout ce qui est dit avant, pour leur donner des conseils et leur montrer tout le matériel qu’on s’est payé . Pour la 4, des presets? Ca veut dire qu’il faut utiliser un logiciel de post-traitement? Ca va pas, non! Tout en jpeg direct avec les traitements auto du boitier quelque soit la photo et les conditions, non mais! Pour la 6, complétement d’accord, même les gens de ma famille je les fais payer pour une photo, surtout s’ils ont demandé de ne pas les prendre en photo d’ailleurs .

    1. Salut à vous,
      Vous me faites bien rire! Je donne des cours à titre gracieux à des collègues de mon entreprise et quand j’ai posé la question : êtes-vous intéressés par des cours sur la retouche et le développement numérique. parmi les oui de la majorité j’ai aussi eu : « ah non hein, j’ai déjà pas le temps de prendre des photos alors si en plus il faut que je les retouche !  »
      ça promet pour la suite…. 🙂
      Bien à vous,
      Ludo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LIVE GRATUIT À VENIR

1 journée de formation en live gratuit 

LE REPLAY

Regarde le replay de la formation « Artisan photographe : améliorer ses techniques de vente »

LE GUIDE DE POCHE

Le guide à toujours avoir sur toi pour débuter en photographie.

REPLAY GRATUIT À VENIR

Apprends à jouer avec les couleurs et ajouter des effets de lumière à la prise de vue pour créer des portraits créatifs.

Jeudi 8 octobre à 18h

LIVE GRATUIT À VENIR

Rejoignez la communauté

Rejoignez la communauté

Empara c’est plus de 500 heures de vidéo sur plus de 50 formations pour photographes et entrepreneurs. Que vous vouliez vivre votre passion à fond ou que vous soyez dans une optique de reconversion, EMPARA vous donnera les clefs pour y parvenir.