Devenir auto-entrepreneur : le guide complet pour démarrer votre projet

Vous avez des idées pleins la tête mais ne savez pas comment les réaliser ? Devenir auto-entrepreneur apporte des solutions concrètes pour mettre à exécution vos projets dès aujourd’hui. Dans ce guide, vous apprendrez à créer votre entreprise en ligne, facturer vos premières prestations et déclarer votre chiffre d’affaires ! N’attendez plus, créez votre boîte en quelques clics et transformez vos idées en activités passionnantes et lucratives.

37 % des Français souhaitent créer ou reprendre une entreprise[1]. Vous avez-vous-mêmes un projet ? N’attendez pas. Devenez votre propre patron et cédez à l’appel des sirènes du travail indépendant !

Il n’y a pas une façon d’entreprendre, mais des millions. Jeune diplômé, vous rêvez de faire partie de l’effervescence des startups ? Vous avez un talent (graphisme, écriture, photographie…) ? Vous êtes peut-être un créateur et un artisan dans l’âme ou un futur négociant sur le point d’ouvrir un commerce de proximité ou une boutique en ligne…

Pour toutes vos envies d’entreprendre, il existe une solution gratuite et simple d’accès : l’auto-entreprise. Du rêve à la réalité, il n’y a qu’un clic… Mettez vos projets à exécution dès aujourd’hui en suivant notre guide complet pour devenir auto-entrepreneur.

[1] Enquête de l’Union des autoentrepreneurs (UEA) – février 2016

Les bases de l’auto-entreprise

Avant de rentrer dans le vif du sujet et la méthode pour devenir auto-entrepreneur, balayons quelques questions et idées préconçues sur ce régime, beaucoup moins obscur qu’on pourrait le croire !

Devenir auto-entrepreneur, ça veut dire quoi ?

L’auto-entreprise – on parle aussi de micro-entreprise depuis la réforme du statut en 2015 – est un régime simplifié qui vous permet d’exercer votre activité sous la forme d’une entreprise individuelle.

Ce n’est donc PAS une forme juridique, mais une version allégée de la création d’entreprise, sur le plan administratif, comptable et fiscal.

Ce dispositif made in France existe depuis 2009, mais continue d’évoluer chaque année. Au total, plus de 220 000 français sont devenus auto-entrepreneurs en 2016.

Qui est concerné ?

Tout le monde peut devenir auto-entrepreneur. Le statut s’adapte également à tous les types de projets : artisanat, commerce et prestation de services.

Vous pouvez exercer votre activité à titre principal, si vous souhaitez prendre un nouveau départ professionnel par exemple. Ou bien en complément d’une activité salariée, de vos études ou de votre retraite.

Quels avantages ?

Pour démarrer son projet, tester une activité ou entamer sa transition professionnelle, l’auto-entreprise est la solution idéale. La démarche est peu coûteuse en temps – une simple déclaration et dix minutes de votre temps suffisent – et gratuite.

  1. Vous n’êtes imposés que sur ce que vous gagnez. Si votre chiffre d’affaires est nul, vous ne subissez aucun prélèvement. Il s’agit donc un excellent complément de revenu.
  2. Vous pouvez cumuler l’auto-entreprise avec un emploi salarié, un temps partiel et même votre statut de fonctionnaire.
  3. Vous pouvez démarrer votre activité immédiatement et facturer vos premières prestations sans attendre.
  4. Vos obligations comptables sont très réduites. Vous êtes simplement tenu de tenir un livre de recettes à jour et conserver les pièces justificatives (factures, devis…).
  5. Vous êtes exonérés de TVA : tous vos bénéfices déclarés sont donc considérés comme « hors taxes ». On parle de « franchise en base de TVA ».

C’est quoi l’arnaque ?

Pour continuer à profiter du statut, vous ne devez pas dépasser un certain chiffre d’affaires annuel.

Le plafond à respecter dépend du type d’activité exercée. On distingue les activités libérales des activités commerciales et artisanales. Autrement dit, celles qui proposent des services et celles qui vendent des produits. Les seuils sont de :

  • 82 800 € pour une activité commerciale, d’artisanat et d’hébergement,
  • 33 200 € pour une activité libérale et de prestation de services.

En cas de dépassement de ces seuils, vous entrez dans une « période de tolérance ». Vous pouvez toujours profiter du statut de l’auto-entreprise pendant deux années consécutives. Au bout de la troisième année, vous perdez la franchise de TVA et après la quatrième, vous basculez dans le régime de l’entreprise individuelle, bien plus gourmande en charges et en administratif.

Nature de l’activitéSeuils de base (chiffre d’affaires annuel)Période de tolérance
Commerciale82 800 €82 800 – 91 000 €
Artisanale82 800 €82 800 – 91 000 €
Libérale33 200 €33 200 – 35 200 €

Chiffres valables en 2017.

 

Avant de vous lancer dans l’aventure, il est important de bien connaître les seuils qui concernent votre activité… pour pouvoir anticiper un éventuel changement de régime ! Une affaire qui prospère et génère d’importants revenus deviendra automatiquement une entreprise classique, sans passer par la case « tolérance ».

Créer sa boîte en quelques clics

Devenir auto-entrepreneur ne vous coûte pas un sou, ne vous engage à rien et permet de tester votre projet dans des conditions professionnelles réelles. Depuis le 1er janvier 2016, toute inscription se fait en ligne.

Vous n’avez pour l’instant besoin que d’une pièce justificative : votre pièce d’identité accompagnée d’un justificatif sur l’honneur (voir photo ci-dessous).

pièce d'identité justificatif inscription auto-entreprise

Numérisez le document au format électronique à l’aide de votre imprimante/scanner. Vous pouvez aussi utiliser votre smartphone et télécharger une application de type iScanner ou Genius Scan, disponibles sur les stores Apple et Android.

Étape 1 : Débuter l’inscription

Rendez-vous sur le portail des micro-entrepreneurs, lautoentrepreneur.fr et cliquez sur l’onglet CFE. Descendez dans la page et cliquez sur le bouton rouge « Déclarer votre début d’activité ».

débuter inscription devenir auto-entrepreneur

Étape 2 : Décrire votre activité

Choisissez votre secteur professionnel. Puis cherchez dans la liste qu’on vous présente l’appellation qui décrit le mieux votre nouvelle activité.

Vous pouvez aussi utiliser la seconde barre comme un moteur de recherche pour trouver le titre idéal.

inscription auto-entreprise décrire son activité

Une description précise et pertinente de votre activité est essentielle ! Après votre choix, un code APE (Activité Principale Exercée) vous sera assigné. Vous entrerez automatiquement dans l’une des trois catégories d’activité : commerciale, libérale ou artisanale. Suivant votre résultat, vous ne disposerez pas du même plafond de chiffre d’affaires ou des mêmes taux de cotisations…

Ce code permet à l’INSEE de produire des statistiques sur votre secteur. Il vous permet aussi d’apparaître dans les recherches d’éventuels clients ou porteurs de projet intéressés par votre domaine d’activité.

Étape 3 : Vos informations civiles

En fonction de votre description, on vous assignera une caisse de retraite et une couverture sociale. Vous n’aurez aucune démarche à faire autre que cette inscription. Votre CFE (Centre de Formalités des Entreprises) s’occupera du reste.

Remplissez le formulaire (très classique) en indiquant toutes les informations d’usage (nom, adresse, date de naissance, etc.).

Étape 4 : Conjoint collaborateur, kézako ?

inscription auto-entreprise conjoint collaborateur

Si vous êtes marié ou pacsé, vous pouvez intégrer votre conjoint à votre business grâce à cette option. Si vous souhaitez développer votre affaire, il s’agit d’une alternative à l’embauche d’un salarié ou à la sous-traitance de certaines activités…

Le conjoint collaborateur n’est pas rémunéré, mais participe de façon active et régulière à votre auto-entreprise. Cela évite de lui créer un statut de salarié et d’alourdir vos charges, vos dépenses et votre paperasse.

Il profite d’une couverture sociale similaire à la vôtre, peut s’occuper de tout l’administratif au nom de votre entreprise. Il gagne aussi un droit à la formation professionnelle.

Étape 5 : Chômeur et auto-entrepreneur ?

inscription auto-entreprise aide chômage chômeur accre charges sociales

L’ACCRE est une aide pour tous les demandeurs d’emploi qui créent ou reprennent une entreprise. Il s’agit d’une exonération des charges sociales (prestations familiales, assurance maladie, maternité, etc.) pendant la première année d’activité.

Pour plus d’informations sur vos droits à l’ACCRE, son fonctionnement et les conditions pour y bénéficier, c’est par là !

Si l’aide vous intéresse, cochez la case correspondante, téléchargez et remplissez ce formulaire. Après signature, envoyez le document à votre CFE (son adresse sera donnée en fin d’inscription).

Si vous ne le faites pas maintenant, vous disposez de 45 jours à compter de votre inscription.

Étape 6 : EIRL (Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée) ou pas ?

Petit cours de droit français : en tant qu’auto-entrepreneur, vous ne formez qu’une seule et même personne avec votre entreprise. Autrement dit, il n’y aucune distinction entre votre patrimoine personnel et professionnel.

En cas d’endettement, vos créanciers ont le droit de « se faire rembourser » sur vos biens personnels, comme une voiture, un téléviseur ou un appareil photo.

Note : depuis août 2015 votre domicile ne peut plus être saisi. Ouf !

L’EIRL est donc un statut complémentaire à l’auto-entreprise qui permet de séparer vos biens personnels et professionnels devant la loi. Il n’a aucun impact sur le fonctionnement de votre statut d’auto-entrepreneur, mais implique une grande charge administrative et des coûts supplémentaires (évaluation des biens auprès d’un notaire, appel d’un greffier, etc.).

L’EIRL, quel intérêt pour moi ?

Si vous êtes consultant, coach, graphiste ou rédacteur web, vous n’aurez quasiment aucune dépense à faire, à part peut-être des frais de déplacements ou de la communication. Pourquoi s’endetter ? Mais les commerçants et les artisans peuvent avoir besoin d’équipements onéreux ou de matériel spécialisé. Dans ce cas, la solution peut être intéressante.

Plus d’infos sur l’EIRL

Si l’option vous intéresse

inscription auto-entreprise eirl patrimoine personnel patrimoine professionnel prélèvement libératoire de l'impôt

Téléchargez un modèle de déclaration de patrimoine. Les professions libérales le déposeront auprès du greffe du tribunal de commerce. Ou bien auprès du Répertoire des métiers de l’artisan ou du commerçant.

  1. Cochez la case « Option EIRL » et « Déclaration initiale d’affectation de patrimoine » s’il s’agit de votre première fois. Sinon vous devrez renseigner les références de votre ancienne déclaration de patrimoine.
  2. Dans le champ « Dénomination », écrivez la formule qui accompagnera tous vos actes et documents officiels (factures, devis…). Elle doit se composer de votre nom civil, du nom d’usage de votre société et de la mention « EIRL ».
    Exemple : Audrey Bateau, MyPrettyCompany, EIRL
  3. Vous ne pouvez pas modifier le champ « 3112 » : il s’agit de la date de clôture de votre « exercice comptable » (ici le 31 décembre). L’auto-entrepreneur n’est pas une société, elle doit donc faire ses comptes chaque mois ou chaque trimestre.
  4. Rendez-vous à l’étape 9 pour plus d’infos sur le prélèvement libératoire de l’impôt.

Étape 7 : Adresse de l’entreprise et activité principale

inscription auto-entreprise adresse entreprise activité principale

Dans la plupart des cas l’adresse du domicile de l’auto-entrepreneur et le siège de sa nouvelle activité seront les mêmes.

À noter : tous les auto-entrepreneurs doivent payer en fin d’année civile la cotisation foncière aux entreprises. Vous êtes exonéré de son paiement la première année. Même si vous exercez votre activité à domicile et que vous payez une taxe foncière, vous êtes redevable de cette taxe : les deux ne s’annulent pas.

Vous devez démarrez votre activité dans les 30 jours qui suivent votre inscription en ligne.

Bon à savoir : vous ne pouvez pas créer deux auto-entreprises à votre nom ! Cette étape du formulaire est l’occasion de préciser une éventuelle seconde activité (qui peut être totalement différente de la première).

Vous devrez distinguer l’activité principale de l’activité annexe. L’activité principale est celle qui génère le plus de revenus. Elle fixe les conditions de votre exercice et les plafonds de chiffre d’affaires. Vous devez déclarer toutes vos recettes sur une seule et même déclaration.

Étape 8 : Votre déclaration sociale

inscription auto-entreprise RSI CIPAV régime santé couverture sociale déclaration chiffre d'affaires mois trimestre

Le champ « Option de versement » permet de choisir quand déclarer votre chiffre d’affaires : chaque mois ou chaque trimestre. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise situation, choisissez selon votre envie ! Préférez-vous tout déclarer d’un coup quatre fois dans l’année ou faire cela chaque mois ?

En tant que travailleur non salarié, votre caisse sociale sera le RSI ou la CIPAV. Vous bénéficiez d’un remboursement des consultations médicales et des médicaments. Vous validez aussi des trimestres de retraite. Par contre vous ne disposez d’aucune assurance chômage. Vous avez le choix de votre mutuelle complémentaire.

Si vous êtes étudiant, salarié, retraité ou fonctionnaire, vous restez affilié au régime général de la sécurité sociale.

Étape 9 : Et les impôts dans tout ça ?

inscription auto-entreprise prélèvement libératoire impôt sur le revenu déclaration chiffre d'affaires

Le prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu est un outil très pratique au nom un peu barbare.

Cette option vous permet de payer votre impôt sur le revenu lors de la déclaration de votre chiffre d’affaires (donc chaque mois ou chaque trimestre). Vous paierez donc vos impôts en avance, en même temps que vos charges sociales.

Que se passe-t-il si je ne coche pas cette case ?

Votre impôt sur le revenu sera calculé par l’administration française en fin d’année fiscale. Les revenus des artisans et commerçants relèvent des « BIC » (Bénéfices Industriels et Commerciaux). Les revenus des travailleurs libéraux sont des « BNC » (Bénéfices Non Commerciaux).

Ce choix vaut pour toute une année d’activité et ne peut être modifié en cours de route !

Au moment de ma déclaration d’impôts, ça change quoi ?

déclarer l'impôt sur le revenu auto-entrepreneur auto-entreprise déclaration prélèvement libératoire

Rendez-vous sur le site des impôts. Quand vous arrivez à l’Étape 3 de votre déclaration de revenu, tapez votre demande dans la barre de recherche (BIC ou BNC) ou descendez dans la liste des « Revenus » et trouvez la situation qui vous concerne :

  • « Revenus non commerciaux professionnels » pour les professions libérales,
  • « Revenus industriels et commerciaux professionnels » pour les artisans et commerçants,
  • « Auto-entrepreneur (Micro-entrepreneur) ayant opté pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu » si vous avez choisi l’option correspondante.

Quelle que soit votre situation, vous aurez besoin du formulaire 2042 C Pro pour faire une déclaration annexe de vos revenus. Vous le remplirez en ligne.

Si vous avez opté pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu, vous devrez renseigner votre chiffre d’affaires annuel brut dans les cases :

  • 5TA pour les ventes de marchandises,
  • 5TE pour les prestations de services.

déclarer l'impôt sur le revenu auto-entreprise déclaration prélèvement libératoire

Cette précision ne donne pas lieu à une autre imposition (que vous réglez déjà tout au long de l’année, rappelez-vous), mais sert à déterminer la tranche d’imposition de votre foyer fiscal.

Si vous n’avez pas opté pour le versement libératoire de l’IR, vous devrez remplir votre chiffre d’affaire brut encaissé à l’année dans les cases :

  • 5KN pour la vente de marchandises,

déclarer l'impôt sur le revenu auto-entreprise déclaration prélèvement libératoire

  • 5HQ pour les activités non commerciales.

déclarer l'impôt sur le revenu auto-entreprise déclaration prélèvement libératoire

Si vous avez commencé votre activité il y a moins de douze mois, vous devrez indiquer la durée de votre exercice professionnel (case 5DB ou 5XI).

Étape 10 : On signe et on démarre !

Il ne vous reste plus qu’à signer votre formulaire, puis à joindre le justificatif d’identité que vous avez préparé.

Dans les 48 heures, vous recevrez un mail de confirmation et les coordonnées du CFE dont vous dépendez. Le Centre de Formalités des Entreprises est votre nouvel organisme de référence : en cas de doute, faites appel à lui.

En fonction de la nature de votre activité, votre CFE n’est pas le même. Il s’agit de :

Dans les dix jours, vous recevrez votre numéro SIREN (la carte d’identité de votre entreprise) à travers un courrier de l’INSEE : félicitations, vous êtes officiellement devenu un « Auto-entrepreneur de France » ! Vous pouvez commencer votre activité…

Enfin presque ! Les professions libérales peuvent partir profiter des joies de leur nouvelle indépendance professionnelle dès maintenant. Mais les autres doivent encore régler une ou deux choses :

  • Les commerçants doivent s’immatriculer au Registre du Commerce et des Sociétés, quinze jours après le début de l’activité au plus tard. Vous pouvez enregistrer votre entreprise en ligne.
  • Les artisans doivent s’immatriculer auprès du Répertoire des Métiers, au maximum un mois après le début d’activité. Vous devez aussi réaliser un Stage de Préalable à l’Installation (SPI) auprès de la CMA dont vous dépendez. Vous avez encore ici, 30 jours pour faire votre demande. Ne tardez pas ! Passé ce délai, vous ne pourrez plus facturer vos prestations si vous n’avez pas réalisé ce stage…

Faire tourner sa boîte : tenir sa compta, facturer ses services et déclarer ses revenus

Vous êtes maintenant un entrepreneur de France. La preuve ? Votre numéro SIREN/SIRET : c’est l’identifiant de votre auto-entreprise et le sésame pour toutes vos demandes administratives. Comparez-le à votre numéro de sécurité sociale. Il ne sera jamais périmé et nous vous conseillons de bien le mémoriser.

Numéro SIRET et SIREN : quelle différence ?

Le numéro SIREN est une suite de 9 chiffres, sans signification particulière. Elle vous représente vous et votre entreprise aux yeux de l’administration.

Le numéro SIRET est composé des 9 chiffres du SIREN et de 5 chiffres représentant votre Numéro Interne de Classement (NIC). Il désigne l’établissement géographique de votre entreprise. Si votre activité change d’adresse, le NIC change aussi et vous aurez donc un nouveau SIRET.

numéro SIRET numéro SIREN auto-entreprise URSSAF CCI CMA

Votre première déclaration de revenus

  1. Rendez-vous sur le portail net-entreprises.fr. Cliquez sur « Déclarez et payez en ligne », puis « S’inscrire pour déclarer et payer ».

déclarer revenu auto-entreprise devenir auto-entrepreneur

  1. Acceptez les conditions générales et suivez les instructions (récapitulatif de vos informations, choix d’un mot de passe…).
  2. À la question, « Pour qui souhaitez-vous déclarer ? », cochez « pour votre auto-entreprise ».
  3. Dans la longue liste « Sélection des déclarations », cochez la cinquième case en partant du haut « Déclaration de l’auto-entrepreneur ».

Ne vous souciez pas des autres cases. Elles deviendront utiles quand vous développerez votre business, dans le cas d’une embauche par exemple.

  1. Choisissez l’organisme qui s’occupera de gérer vos règlements. Les artisans et commerçants indiqueront le centre RSI et les libéraux l’URSSAF de leur département.
  2. Dans la page « Coordonnées bancaires », indiquez l’IBAN du compte bancaire qui servira à payer vos futures cotisations.

Mais c’est quoi un IBAN ?

L’International Bank Account Number est un système utilisé pour numéroter les comptes bancaires à travers le monde. Il peut contenir jusqu’à 34 caractères et débute par les deux premières lettres de votre pays. Donc « FR » pour les Français ! Le numéro IBAN se trouve sur votre RIB. Vous pouvez l’obtenir dans votre espace personnel sur le site de votre banque.

  1. Validez le récapitulatif de vos informations et imprimez le formulaire.
  2. Remplissez le formulaire (nom et adresse), signez et envoyez-le à l’adresse indiquée en bas de page.

Bravo ! Attendez 24 heures et vous pourrez accéder à la déclaration en ligne de vos revenus.

Un compte bancaire dédié à son activité ou pas ?

Depuis 2015, les auto-entrepreneurs doivent ouvrir un compte bancaire « business » indépendant de leur compte personnel. Pas de panique : vous avez un an après votre inscription pour le faire, ce qui vous laisse le temps de comparer les meilleures offres.

En vérité, vous ne serez pas « fliqué » par l’administration française, mais un compte bancaire pro offre beaucoup d’avantages !

D’abord, vous gagnez en lisibilité : les gains de votre compte perso sont bien séparés de vos recettes pro. Ensuite, vous profitez de services bancaires très pratiques, comme l’autorisation de découvert, les prêts spécifiques, un suivi personnalisé… Et une seconde carte bancaire pour frimer devant les copains !

Des formules économiques existent pour les auto-entrepreneurs qui souhaitent ouvrir un compte pro… Pour en savoir plus, cliquez ici !

Comment déclarer son chiffre d’affaires ?

Déclarer son chiffre d’affaires est obligatoire. Vous devez le faire chaque mois ou chaque trimestre selon votre choix à l’inscription… Même si votre chiffre d’affaires est nul pour cette période !

Attention !

Les sommes que vous facturez ne sont pas vos revenus définitifs.  À chaque déclaration, le fisc applique une taxe sur vos gains. Ce pourcentage d’abattement varie en fonction de votre activité. Un commerçant qui achète et revend ses produits aura beaucoup plus de frais qu’une profession libérale qui vend seulement son expertise : il sera donc moins taxé au moment de sa déclaration.

Astuce : si vous déclarez un chiffre d’affaire nul (0 €), vous ne serez donc pas taxé, donc pas de pression !

comment déclarer revenu auto-entreprise

Rendez-vous sur net-entreprises.fr et remplissez vos informations de connexion (voir photo ci-dessus).

comment déclarer revenu auto-entreprise chiffre d'affaires

Vous arrivez sur un nouveau portail. Cliquez sur « Accéder à la déclaration ».

comment déclarer revenu auto-entreprise chiffre d'affaires artisan commerçant profession libérale

  1. Ce paragraphe résume votre situation : option de prélèvement libératoire, les aides dont vous profitez, etc.
  2. Remplissez dans ces cases le montant brut de vos gains, autrement dit, ce que vos clients vous ont payé !

Pour les artisans et commerçants :

A. Vos revenus commerciaux (ou chiffres d’affaire),

B. Vos revenus liés à l’artisanat,

C. Vos revenus liés à des prestations de services (en complément de votre activité).

Pour les professions libérales :

A. Vos revenus d’activité libérale (ou recettes),

B. Vos revenus commerciaux (si vous achetez et revendez un logiciel à un client par exemple),

C. Vos autres revenus.

Quelle que soit votre activité, vous remplirez beaucoup plus souvent la case A que les autres.

Attention !

Ne vous trompez pas de cases. Mettre une prestation libérale dans la case du commerce (moins taxée), c’est de la fraude fiscale. Faire l’inverse, c’est jeter l’argent par les fenêtres !

  1. Le montant de ce que vous avez à payer est automatiquement calculé dans cette case à partir de ce que vous venez de déclarer. Cette taxe sur vos revenus est appelée « cotisation sociale ». C’est aussi à ce moment-là que le logiciel calcule votre impôt sur le revenu si vous avez choisi le prélèvement libératoire.
  2. Pour le règlement de votre déclaration, vous avez plusieurs choix :
    • Le télépaiement : le compte que vous avez indiqué à votre inscription sera prélevé automatiquement chaque mois ou chaque trimestre.
    • Le courrier postal : à adresser au RSI pour les artisans/commerçants ou à l’URSSAF pour les professions libérales. Imprimez la page de déclaration et envoyez-la avec le règlement des cotisations (chèque ou espèces).
    • La carte bancaire : cette solution de paiement direct est uniquement disponible pour les professions libérales.

Si vous ne déclarez pas de chiffre d’affaires pendant 24 mois ou 8 trimestres consécutifs, vous serez radié du régime de l’auto-entreprise.

Bon à savoir : Un auto-entrepreneur ne peut pas déduire ses frais de son chiffre d’affaires. Vous êtes votre propre patron, par conséquent tout est à votre charge. Donc pas d’indemnités kilométriques, de frais de déplacement ou d’hébergement !

Regardez la barre rouge à gauche. Dans ce portail vous pourrez aussi :

  • Accéder à l’historique de vos déclarations,
  • Modifier vos moyens de paiement,
  • Retrouver toutes les informations de votre auto-entreprise,
  • Contacter votre CFE,
  • Télécharger certains documents de base (vos attestations notamment).

Comment facturer ses clients et réaliser des devis ?

Toute vente doit faire l’objet d’une facture. Elle garantit le paiement de vos transactions ou de vos prestations. Vous facturez un client au terme d’une mission par exemple.

Le devis est l’estimation du coût d’un travail. Vous pouvez aussi indiquer le temps que vous comptez y passer, la date d’intervention, etc. Pour avoir une quelconque valeur, votre devis doit être signé par votre client !

Garder une copie de vos factures et devis est très important : c’est le début d’une comptabilité réussie.

De nombreux logiciels proposent une gestion simple et rapide de vos factures et devis. Le plus connu est myAe.fr. Ce service est disponible intégralement en ligne, vous n’avez qu’à vous créer un compte.

Les étapes à suivre pour éditer sa facture

facture devis auto-entrepreneur gratuit

Dans « Saisir une facture » à gauche, vous avez accès à un formulaire simple à remplir qui permettra de créer votre première facture… au nom de votre entreprise !

facture devis auto-entreprise gratuit SIRET

 

  1. Dans la rubrique « Client », indiquez les références du particulier ou de l’entreprise qui va vous rémunérer. S’il s’agit d’un professionnel, vous devrez donner la forme juridique (SA, SASU, EURL, auto-entreprise…) et le numéro SIRET de son entreprise. Deux informations que votre client peut vous communiquer facilement !
  2. Comme pour un mail, rédigez un « Objet » pour votre facture.
    Exemple : « Prestations du mois de mai pour SwagEntreprise » ou « Conception d’une affiche et d’un communiqué de presse pour le Salon de l’auto ».
    Dans « Désignation », remplissez le détail de ce que vous avez vendu. Vous pouvez indiquer leur référence s’il s’agit d’un produit commercial (inutile pour un service). Renseignez la quantité et le prix unitaire hors taxe (PU HT). Enfin, choisissez la nature de la prestation : commerciale, artisanale ou un service.

La page web calcule automatiquement la somme à payer.

facture devis auto-entreprise gratuit

Vous pouvez faire apparaître la date à laquelle vous voulez être réglé, indiquer le montant des pénalités en cas de retard ou encore le mode de paiement (virement, carte bancaire, PayPal espèces…).

Cliquez sur « Continuer » et enregistrer votre facture au format .pdf. Vous pouvez aussi l’envoyer directement par mail.

Plus tard, vous pourrez même customiser votre facture avec un logo personnalisé ou les couleurs de votre entreprise !

La création de devis suit exactement le même chemin sur MyAE.fr.

Tenir sa comptabilité sans se fatiguer

La comptabilité d’une auto-entreprise a beau être très simplifiée, ne prenez pas cette tâche à la légère !

Vous pouvez tenir un livre de compte ou créer un tableur sur votre ordinateur (un fichier Excel par exemple). Pour réussir votre compta, la traçabilité est l’élément-clé : d’un coup d’œil vous devez savoir d’où viennent les dépenses et les rentrées d’argent et quand elles ont eu lieu.

Vous aurez besoin d’un livre de recettes et d’un registre d’achats.

  • Le livre de recettes regroupe tous vos gains. Il indique la date de la vente, la référence de la facture, le montant et toutes les informations basiques sur votre transaction. Il peut prendre la forme d’un tableau à six colonnes.
Date de la venteRéférence de la factureClientNature de l’activitéMontant payéMode d’encaissement
 
 

N’attendez pas le dernier moment et prévoyez un jour dans la semaine ou dans le mois pour vous occuper de votre livre de recette. Toutes les opérations doivent apparaître dans l’ordre chronologique.

  • Le registre d’achats concerne la vente de marchandises ou les prestations d’hébergement. Faites une liste détaillée de tous les achats effectués sur un mois ou une année.
    Indiquez à côté de chaque achat le mode de règlement que vous avez utilisé. Pour être parfaitement en règle, vous pouvez joindre les références des justificatifs d’achat (facture, ticket de caisse, etc.).

À vous de choisir entre le format papier ou numérique ! Les plus paresseux peuvent télécharger un logiciel de comptabilité qui fera une grande partie du travail à leur place. Les formules payantes sont très efficaces, mais si vous cherchez une solution gratuite, un tableur Excel peut faire des merveilles avec peu d’efforts !

Attention !

À partir du 1er janvier 2018, tous les auto-entrepreneurs devront tenir leur comptabilité avec un logiciel homologué ou un système de caisse enregistreuse sécurisé et certifié.
Pourquoi tant de complications pour un régime qui se veut simplifié ? Pour lutter contre la fraude fiscale, notamment lorsqu’elle est liée à la TVA.
Toutes les entreprises sont concernées, quelles que soient leur statut ou leur secteur d’activité. Pour vous aider dans votre compta, les logiciels de gestion sont légions… Mais tous ne proposent pas les mêmes services, ni la même interface ! Quel soft est le plus accessible ? Y a-t-il des logiciels gratuits ? L’époque d’Excel c’est vraiment fini ?
Empara Entrepreneur se charge de répondre à toutes vos questions !

Foire aux questions maison

Ai-je besoin d’un diplôme pour devenir auto-entrepreneur ?

Aucun diplôme n’est nécessaire pour s’affilier au régime : de l’audace, de la persévérance et un esprit d’aventure suffisent pour vous lancer !

Cas particulier : certaines professions ne peuvent s’exercer qu’après une formation ou un diplôme en poche. Un électricien auto-entrepreneur aura par exemple besoin de l’un des diplômes suivants :

  • Un CAP préparation et réalisation d’ouvrages électriques,
  • Un Bac pro ELEEC,
  • Un brevet professionnel installations et équipements électriques,
  • Une mention complémentaire de technicien en énergies renouvelables (option énergie électrique ou énergie thermique),
  • Un BTS électrotechnique, etc.

C’est aussi le cas pour les professions du bâtiment.

Puis-je cumuler mon emploi salarié et le statut d’auto-entrepreneur ?

Vous pouvez exercer une activité indépendante en parallèle de votre travail salarié, que vous soyez en CDI, CDD, à temps partiel ou en intérim.

En théorie, aucun contrat de travail ne peut vous interdire d’ouvrir une auto-entreprise. Toutefois, il est toujours bien vu d’être transparent avec votre employeur et de l’informer de votre projet.

Attention : la nouvelle activité d’un salarié ne doit pas entrer en concurrence avec celle de son employeur. Vous ne pouvez pas démarcher les clients de votre entreprise pour votre compte, utiliser ses locaux et son matériel… Ou encore travailler à votre auto-entreprise pendant vos heures de bureau.

Je suis agent de la fonction publique, l’auto-entreprise m’est-elle interdite ?

Vous êtes fonctionnaire de l’État ? Devenir auto-entrepreneur et exercer dans le privé, c’est possible ! La fonction publique permet à un agent d’exercer une activité à titre « accessoire ». Vous devez obtenir l’autorisation de votre hiérarchie ou de votre administration. La demande doit se faire par écrit et préciser :

  • L’identité du client ou de l’organisme pour qui vous allez travailler en indépendant,
  • La nature, la durée et la régularité de l’activité,
  • Les conditions de rémunération.

La demande sera étudiée par une commission de déontologie. Vos supérieurs ont un mois pour vous répondre. Sans réponse de la part de votre administration au bout de 30 jours, votre demande est considérée comme acceptée.

L’autorisation est valable deux ans et renouvelable un an. Si votre activité d’indépendant relève du conseil, de l’enseignement, de la formation ou du service à la personne, cette limite de temps n’existe plus.

Télécharger le formulaire de demande d’autorisation

Cas particulier : vous êtes fonctionnaire à temps incomplet (c’est-à-dire que votre temps partiel est imposé par l’administration) ? Vous n’avez qu’une seule obligation : informer votre hiérarchie de votre envie de créer une auto-entreprise !

Que se passe-t-il en cas de dépassement immédiat des plafonds ?

Nous avons évoqué un seuil de tolérance concernant votre chiffre d’affaire. Mais que se passe-t-il si votre chiffre d’affaire explose les charts ?
Si vous dépassez les 91 000 € de revenu annuel en artisan/commerçant ou les 35 200 € en tant que libéral, vous ne pouvez plus profiter du régime micro-fiscal de l’auto-entreprise. Et le changement est immédiat.

  1. Vous n’êtes plus exonéré de TVA. Vous devez donc la facturer comme n’importe quelle entreprise, dès le 1er jour du mois de dépassement. Pour appliquer la TVA sur vos factures, vous devez contacter le SIE (Service des Impôts des Entreprises) dont vous dépendez et demander un numéro de TVA intracommunautaire.
  2. Le changement pour vos impôts s’opère plus tard, à compter du 1er janvier qui suit l’année de dépassement. Vous aviez choisi le prélèvement libératoire ? L’option ne fonctionne plus dès le mois suivant. Les versements que vous avez déjà réglés pour l’année en cours seront imputés sur l’impôt sur le revenu de l’année suivante.

Le droit gratuit à la formation, qu’est-ce que c’est ?

Lors de votre déclaration de chiffre d’affaires, une petite partie (de 0,1 à 0,3 %) des cotisations que vous payez sont destinée à financer la formation professionnelle. Dès que vous commencez à déclarer des revenus, vous gagnez donc un droit à la formation.

La majorité des formations proposées vous apprennent comment mieux gérer votre nouvelle entreprise. Il n’existe pas de liste définitive des formations proposées : elles sont aussi nombreuses que les écoles et les organismes qui les proposent !

À titre d’exemple, vous pouvez suivre une formation sur :

  • Le web-marketing,
  • Le référencement web,
  • Le community management,
  • Photoshop,
  • La création d’un site web,
  • Le management d’équipe,
  • Les techniques de vente et de négociation,
  • Le droit des affaires,
  • Le développement durable en entreprise… Etc. !

Après avoir choisi une formation, vous n’avez plus qu’à déposer une demande de financement à l’Agefice de votre département.

Comment fermer son auto-entreprise ?

Devenir auto-entrepreneur n’est pas un engagement sans retour. Vous pouvez à tout moment quitter le statut et cesser toute activité.

Deux solutions s’offrent à vous :

  • Attendre et ne rien faire. Si vous ne déclarez pas de chiffre d’affaires pendant 24 mois ou 8 trimestres consécutifs, vous serez automatiquement radié du régime de l’auto-entreprise.
  • Déclarer la cession de son activité et informer son CFE. Vous pouvez le faire en ligne, depuis le portail net-entreprises.fr (voir photo ci-dessous). Renseignez les informations pour identifier votre entreprise et suivez les consignes.

fermer auto-entreprise devenir auto-entrepreneur cession activité

 

Vous pouvez aussi télécharger le formulaire P2-P4 auto-entrepreneur et l’envoyer par courrier à votre CFE.

Quel que soit votre choix, vous recevrez un courrier de confirmation de la part de votre administration.

Bon à savoir : vous souhaitez rouvrir votre affaire et exercer la même activité ? Vous devez respecter un délai de carence d’une année civile pleine.

Par exemple, si vous cessez votre activité en 2016, vous devez attendre jusqu’au 1er janvier 2018 pour vous enregistrer de nouveau. En revanche, si vous souhaitez pratiquer une autre activité, vous pouvez créer une nouvelle auto-entreprise immédiatement.

Ouverture – Les autres formes sociales

Vous l’aurez compris, l’auto-entreprise est un statut très riche en possibilités, mais aussi très accessible. Elle vous permet de créer votre activité en quelques minutes. La gestion est simplifiée et accompagnée par de nombreux organismes. Et vous ne déboursez pas un sou ! Chaque paiement de cotisations ou de taxes d’entreprise fait suite à vos propres bénéfices. Pas de raison de s’endetter et donc pas de raison de paniquer.

Si vous avez une idée neuve, un projet fou ou une envie d’aventure, c’est le statut le plus pratique et le plus direct pour se lancer. Mais en fonction du développement de votre activité, d’autres formes sociales peuvent devenir très vite beaucoup plus intéressantes… De plus, ce n’est pas un statut fait pour durer. Mais chaque chose en son temps !

Et vous, l’auto-entreprise, vous en pensez quoi ? Vous avez une idée ou un projet ? Une question sur le statut ? Laissez-nous un commentaire. 🙂

Leave a Reply 17 comments