Comment fonctionne l’algorithme de Facebook, et comment l’utiliser ?

Facebook est l’un des leviers les plus puissants pour développer la notoriété des entreprises et des marques, quelle que soit leur taille et leur public. Cependant lorsqu’on commence à gérer sa propre page, on est souvent déçu par ses performances et surtout par la portée de ses publications.

Parmi les questions récurrentes à propos des pages Facebook, la plus fréquente est de loin celle-ci :

Pourquoi mes posts touchent-ils si peu de personnes, et comment faire pour y remédier ?

mauvais reach algorithme facebook

Pour comprendre comment Facebook gère la visibilité des publications, il faut d’abord bien voir que les contenus publiés sur une page n’apparaissent pas dans les fils d’actualité par hasard. Leur diffusion est orchestrée par un algorithme, introduit par le réseau social en 2010 et en constante évolution depuis. En filtrant le contenu disponible selon des critères de plus en plus nombreux et de plus en plus précis, ce dernier constitue la pierre angulaire des échanges entre pages et profils.

On l’appelle depuis peu le Newsfeed Ranking Algorithm, lequel remplace la précédente version qu’était l’Edge Rank.

Pour qui tient une page pro, le Newsfeed est donc une contrainte dont il faut apprendre à tirer partie. Et pour optimiser ses publications en vue de maximiser leur impact, il faut dans un premier temps s’intéresser au fonctionnement de ce savant système. Penchons-nous donc rapidement sur quelques éléments théoriques, avant d’aborder les conseils pratiques propres à vous aider à toucher une audience plus large et toujours pertinente.

Comprendre pourquoi le Newsfeed, et comment il fonctionne

La problématique est la même pour tous les réseaux sociaux : la multiplication des contenus les sature chaque jour un peu plus. Sur Facebook, alors que les personnes physiques, les pages et les groupes produisent en quantité, l’aptitude à recevoir de la part des utilisateurs est au contraire limitée par le temps et l’attention qu’ils voudront bien porter à leur fil d’actualité. Si Facebook est si populaire, c’est en grande partie justement grâce à sa capacité à sélectionner en priorité les contenus susceptibles de retenir ses utilisateurs au travers du tri massif opéré par le Newsfeed.

Newsfeed Algorithme Facebook

L’algorithme de Facebook fait le tri dans la masse des contenus disponibles

A titre de comparaison, évoquons le fonctionnement de Twitter, qui se contentait jusque très récemment du seul critère de temporalité pour organiser la diffusion des contenus. Les tweets les plus récents apparaissaient en premier dans le fil des followers, sans aucun facteur de personnalisation ni considération pour leur qualité. Là où le système de Facebook pousse depuis des années les professionnels à proposer des contenus toujours plus pertinents pour leur audience, celui de Twitter avait l’effet inverse : pour être plus visible, il fallait poster en quantité… au détriment du reste.

La recette exacte du Newsfeed est tenue secrète pour décourager les administrateurs de pages de calibrer leurs publications sur des éléments purement prompts à satisfaire une formule mathématique. On en connaît cependant les grandes lignes, grâce à la plateforme elle-même ainsi qu’au travail des professionnels des réseaux sociaux.

Malgré le changement de nom, les dernières modifications opérées par Facebook n’ont pas fondamentalement transformées l’algorithme. Le Newsfeed reste dans la continuité de l’Edge Rank. La source d’informations la plus récente est à trouver dans l’intervention d’Adam Mosseri lors de la dernière conférence F8. S’en dégagent trois critères principaux :

Algorithme Facebook Criteres

La portée de vos postes dépend en grande partie de ces trois facteurs

1. Le Story Type

Il correspond au format de vos contenus. Au fil des années, Facebook a décuplé les possibilités d’expression à destination des particuliers comme des entreprises. A côté des traditionnels posts avec ou sans lien, avec ou sans photo, vous pouvez par exemple désormais ajouter une vidéo ou un article, partager un moment en direct avec vos fans ou ajouter un bouton d’appel à l’action sur votre page et dans vos publications. Tous les formats n’ont pas la même valeur : les contenus plus aptes à retenir l’attention seront naturellement privilégiés.

2. L’engagement

Il s’agit d’une part de l’engagement immédiat, portant sur le post en lui-même. Facebook le mesure par le temps passé sur votre contenu ainsi que par le niveau d’interactions généré dès les premières minutes. Par niveau d’interactions, on entend les clics, les « J’aime » et autres réactions, les commentaires et les partages.

Pour bien comprendre le rôle de l’engagement immédiat dans la diffusion des contenus, on peut utiliser cette image de cercles concentriques. Dans les minutes qui suivent sa publication, votre post est montré à une faible proportion de votre audience. Si cette dernière réagit, la portée s’étend à un second cercle, plus large et touchant à la fois vos fans et leurs amis, et ainsi de suite jusqu’à ce que les réactions s’épuisent. C’est en partie ce qui explique le phénomène de viralité de certaines publications.

Algorithme Facebook Critere Engagement

Les interactions immédiates poussent la portée de vos posts vers une audience de plus en plus large

L’engagement propre au post est combiné avec l’engagement général de la page. La logique est simple : plus le contenu d’une page a suscité d’interactions par le passé, plus ses futures publications ont de chances de faire réagir. Facebook privilégie donc les pages capables d’engager durablement leur audience.

3. La fraîcheur

C’est la composante temporelle de l’algorithme. Pour renouveler les contenus en permanence, la règle veut que la portée des posts diminue avec le temps.

Apprendre à tirer partie du Newsfeed Ranking

En se penchant sur la logique du Newsfeed, on comprend mieux comment créer du contenu efficace sur Facebook. Passons donc à la pratique, avec une série d’astuces simples à mettre en place pour optimiser les posts de votre page.

Privilégier le contenu visuel

Dans la grande bataille pour l’attention qui se joue chaque seconde sur les réseaux sociaux, les contenus visuels ont un avantage certain sur les autres et sont à ce titre privilégiés par l’algorithme Facebook. En clair :

Newsfeed Content Type

Les contenues susceptibles de retenir l’attention sont naturellement privilégiés par Facebook

Soignez vos visuels et servez-vous du Story Type à votre avantage. Par exemple, pour poster un lien, vous pouvez choisir de l’inclure dans un rédactionnel en ajoutant une photo de la manière suivante :

Lien Photo Visuel Facebook

Jouer intelligemment avec les types de formats permet d’accroître sa portée organique

Penser mobile

En 2017, plus des deux tiers des utilisateurs de Facebook s’y connectent chaque jour via leur smartphone. Pensez à eux :

Créez des contenus adaptés aux petits écrans, par exemple en évitant les rédactionnels trop imposants, ou en utilisant des visuels clairs et lisibles sur mobile

 Pensez aux gestes des mobinautes et à la manière avec laquelle ils peuvent vous permettre d’interagir avec vos fans. Le carrousel est un excellent exemple de contenu « thumb friendly », et remplace aisément l’album pour partager une série de photos :

Carrousel Facebook Thumb Friendly

Sur mobile, le carrousel casse le mouvement vertical de l’utilisateur et l’invite à entrer dans votre univers

Utiliser les options natives

Facebook n’a qu’un seul objectif : qu’on y passe le plus de temps possible. Dans cette optique, les options natives se multiplient et leur utilisation par les pages pro est fortement récompensée. Prenons l’exemple, particulièrement parlant, des contenus vidéo :

Video Youtube Post Facebook

L’utilisation de l’option native pousse la portée des vidéos de manière très importante

A droite, la vidéo directement uploadée sur Facebook y retient l’utilisateur. A gauche, le lien vers Youtube lui fait quitter la plateforme, avec le risque qu’il ne s’en détache au profit d’un réseau social concurrent. En téléchargeant directement vos vidéos sur Facebook, vous augmenterez donc leur portée potentielle et effective.

Comprendre son audience

Pour repérer quel type de contenus engage plus fortement votre audience, et vous en inspirer pour la suite, rendez-vous dans l’onglet « Statistiques » de votre page. Dans la section « Publications », commencez par examiner vos taux d’engagement en cliquant sur la flèche en haut à droite du tableau regroupant les données relatives à vos posts :

Statistiques Facebook Engagement

Explorer ses statistiques permet d’avoir une bonne une idée des contenus qui fonctionnent

Allez plus loin en explorant les différentes options offertes par Facebook. Vous pouvez par exemple étudier plus précisément de quelle manière vos posts engagent votre audience en calculant vos taux de clics, de « J’aime » ou de réactions plus engageantes.

En sélectionnant « Publications masquée : Toutes les publications masquées », vous pouvez également suivre les éventuelles réactions négatives de votre audience. Attention : ces dernières impactent l’engagement général de la page, réduisant d’autant la portée de vos posts ultérieurs.

Favoriser les interactions précieuses

Lorsqu’on parle d’engagement, tous les types d’interactions ne se valent pas. La logique veut en effet que plus l’interaction nécessite de temps et d’attention, et plus elle soit valorisée par l’algorithme. Un partage ou un commentaire aura ainsi plus d’impact qu’un « J’aime » ou qu’un simple clic.

Les publications les plus engageantes sont aussi les mieux relayées

Pour obtenir plus d’interactions qui comptent, n’ayez pas peur d’inciter votre audience à réagir en lui indiquant clairement ce que vous attendez d’elle. Vous pouvez par exemple lui poser des questions et l’inviter à commenter, ou vous montrer plus direct au travers d’appels à l’action. « Cliquez », « Partagez », « Taguez un ami en commentaire »… sont autant de mots qui, bien utilisés, vous aideront à multiplier les réactions.

Publier au bon moment

Le système des cercles concentriques et le critère de fraîcheur évoqués plus haut doivent vous pousser à chercher l’interaction rapidement après chaque publication. Facebook vous permet, toujours dans l’onglet « Publications » de vos statistiques, d’avoir un aperçu précis des jours et heures auxquels votre audience est en ligne.

Heures Publications Facebook

Poster quelques minutes avant les pics de connexion permet d’accroître l’engagement immédiat

Ces informations sont précieuses : elles vous permettent d’avoir un premier point de repère. Sur l’exemple ci-dessus, on observe un léger pic de connexions autour de 12h-13h, on va donc choisir de poster vers 11h30. Pour vous faciliter la tâche, vous pouvez bien entendu programmer vos posts en avance directement depuis Facebook. Pour cela, allez dans la section « Outils de publication » de votre page, puis « Publications programmées« .

Ici, il faut apporter une précision de taille. L’engagement ne suit pas nécessairement les connexions, et vous devrez déterminer vous-même les moments les plus adaptés pour poster. Pour cela pas de secret : testez, observez… et recommencez.

 

L’algorithme mis au point par Facebook et travaillé quotidiennement par ses ingénieurs en fait une machine subtile et chaque jour un peu plus pointue. Aujourd’hui, si l’on écarte ces quelques tips qui restent applicables à la grande majorité des pages, il devient de plus en plus complexe de conseiller généralement les structures sur la gestion de leur contenu car ce qui est vrai pour l’une ne l’est plus nécessairement pour l’autre. Chaque entreprise est unique et la mise en place d’une solution personnelle à chacune doit être privilégiée.

 

Cet article vous a été utile ? Faites-nous part de vos impressions et de vos questions dans les commentaires !

Leave a Reply 10 comments